Phenomenal Wrestling Federation

Fédération de lutte simulée sur le Web
 
Site PWFSite PWF  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sections Promos PWF TV/24online.com

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Black Storm

avatar

Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 29/10/2008

MessageSujet: Rencontre innatendue.   Sam 8 Nov 2008 - 14:10

Une jeune femme d'environ 25-26 ans est assise sur un banc d'autobus. Une blondinette aux yeux bleux, très bien structurée physiquement, écouteurs aux oreilles et lèvres pulpeuses. Elle est là et attend patiemment l'autobus suivante. Une voiture s'arrête devant la femme dans la voie réservée aux autobus. Au premier regard, elle semble trouver ça bizarre et alors que le klaxon se fait entendre, elle se lève et vient à la rencontre de celui ou celle l'ayant appelée. La femme arrive près de la fenêtre qui se baisse, laissant entrevoir James Steen, une main sur le volant et regardant d'un sourire la jeune femme qui s'exclame.

Femme: JAMES??? HEIN JAMES STEEN, C'EST TOI?!?!?! Ca fait un bail.

James lui fait signe que oui c'est bien lui et lui offre de venir s'asseoir alors que la jeune femme ouvre la portière et vient serrer dans ses bras James en lui donnant la bise.

Steen: Je peux te faire un lift si tu veux.

Contexte HG: La jeune femme en question est une ancienne petite amie de James.

Femme: Heuuu bien sûr mais tu sors de ou? Tu luttais pas pour la SOW et la PWF toi qu'est ce que tu fais ici?

Steen: Bien je lutte toujours pour ces deux fédérations mais j'avais des trucs à faire ici, des choses à règler puis là je te vois, toi, ma belle Maria, attendre sur un banc de bus. Je me suis dit que je pouvais te laisser là quand même. Tu restes toujours à la même place?

Maria: Oui oui, toujours.

James recomemnce à avancer et fait un U turn sur un boulevard.

Maria: Puis, comment ça va toi?

Steen: Ah ça va à merveille. Je suis en pleine carrière professionnelle et sans blagues, ça prend vraiment tout mon temps! C'est important de faire ce que l'on aime, comme ça le temps nous parraît pas long au moins.

Maria: Ouais bien tu te rappelles, c'est pour ça qu'n c'étaient laissés aussi. T'était trop maniaque de ce sport puis moi j'aime plus ou moins ça alors.

Steen: Bah de la vieille histoire. On a eu du bon temps par exemple.

Maria: Ah oui ça c'est clair! On doit avoir baiser aux moins à quarante places différentes, les 6 mois qu'on a été ensemble hehe.

Steen: Ouais, on était très jeune et en chaleur continuellement. Par contre, maintenant, je n'ai personne dans ma vie et c'est très bien comme ça. On est bien seul. Pas de compte à rendre à personne, pas de perte de temps, pas de chiâlage. C'est le best et là je peux vraiment me concentrer sur ce qu'est ma vie pour le moment, la lutte.

Maria: Bien je dois t'avouer James, que je ne trippes pas sur la lutte mais je me permets de regarder sur Internet et à la télévision ce que tu deviens depuis ton arrivée à la SOW et depuis que tu as signé à la PWF également.

Steen: Toi tu regardes les postes et les sites webs des 2 fédérations que je fréquentes. T'es tu bien toi? As-tu rencontrer quelqu'un de malsain par hasard? Sors-tu avec Chris Row?

Maria regarde son ex et s'exclafe de rire alors que James lui semble surprit plus qu'autre chose.

Maria: Ben non tu sais bien que c'Est la grosse qui le veut lui. Il n'attire que els TAS d'ennuis hahaha!

Les deux rient maintenant en choeur.

Steen: Oui mais elle au moins, elle n'a pas besoin de le planter pendant 20 minutes pour le coucher au tapis 1....2.....3. Elle n'a qu'à se coucher dessus et le tour est jouer hahaha.

Ils se remettent à rire.

Maria: Ca me fait rire des guignols pareils moi qui se prennent pour le roi de la planète alors qu'il n'est sûrement pas capable de faire jouir une femme comme du monde, comme il n'Est pas capable de garder ses vrais amis près de lui..

Steen: Pas autant que moi mais faut vivre avec comme on dit hein? Chris Row est une farce ambulante mais ce n'est pas une raison pour se préenter devant moi et tenter de faire son gros gros méchant loup, ça ne m'affecte point. Moi ce que je veux c'est un jour lui fermer le clapet et si ce jour est près d'arriver tant mieux, sinon tant pis, ça sera pour une autre fois. Faut cesser de toujours vouloir se presser, c'Est comme l'autre ignoble personnage là, c'st quoi son nom dont. Tse l'ancien champion hardcore de la SOW là? Voyons son nom ne me revient pas...

Maria: Ah Damien Stivers!

Steen: Ouais c'est ça. Lui il est trop presser. Il vient de se faire humilier en perdant sa ceinture hardcore à la SOW, puis voilà qu'il signe à la PWF et monsieur n'est pas content que je parles de lui et de sa signature ici dans l'autre fédération. Pauvre petit. Il n'Est pas capable de supporter la pression que le seul moyen qu'il trouve est d'aller se plaindre au Président de la PWF demandant qu'on me foutre une amendes et des sanctions pour ems gestes.

Maria: Yen a pour qui les premiers moyens du bord sont souvent les meilleurs.

Steen: Meilleur? J'en suis pas si sûr car maintenant il aura peut-être le MALHEUR de m'affronter après avoir demander de le faire le plus vite possible. Ce type à demander à m'affronter le plus vite possible. Je l'attend de pieds fermes croyez-moi car je n'ai pas l'intention de me faire humilier par un pense bon comme Damien. Il est arrogant, il a eu une belle carrière à la SOW avant que je n'arrives et maintenant il veut se prouver qu'il peut me battre. Qu'il oublie ça immédiatement le petit Damien car ma suprématie je l'a ferai pas seulement à la PWF mais partout ou je serai et devant n'importe qui je me retrovuerai. Je n'ai pas peur de personne, je me sens en pleine confiance et à TNT j'espère, j'espère avoir le droit de lui pèter sa petit tronche devant une dizaine de mille de personnes. Comme ça il ne pourra pas dire encore une fois qu'il est meilleur que moi. Bon je crois que tu es arrivée beauté!

Maria: Tu entres?

Steen: Ben je pourrais revenir tout à l'heure. J'ai quelqu'un à rencontrer dans une demie-heure. Juste le temps de me rendre. Dans deux heures je pourrais être ici.

Maria: Bien tu viendras souper d'abord!

Steen: Dac alors on se dit à tantôt.

Maria: Yes. Merci pour le lift.

Steen: Y'a pas de quoi.

La jeune femme embrasse James avant de sortir de la voiture et s'approcher de sa maison. Steen tant qu'à lui repart.

FIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dom
PWF General Manager
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 38
Date d'inscription : 26/09/2006

MessageSujet: Re: Sections Promos PWF TV/24online.com   Mar 11 Nov 2008 - 19:46

On voit un bureau et la caméra tourne 180 degrés sur elle même, nous montrant la pièce et ensuite le General Manager, Dom, qui ne semble pas très heureux. Il a un crayon en main et le tappe sur le bureau avant de le prendre et de le lancer sur le mur. Il se lève.

Dom: Bon là j'ai un message d'intérêt public alors écoutez-moi bien.

Et de un Sex Bomb, quand est-ce tu viens signer ton contrat hein? Tu as peur ou quoi? Tu as tellement peur que le champion de la SOW, demeure à la SOW? Come on Bomb, ça fait longtemps que j'attend ce moment alors viens puis on va se faire du fun tu vas voir.

Tu vois Sexy...Tu me permets que je t'appelle Sexy hein? On a tellement vécu ensemble quand même. On a vécu de très belles choses avant que tu me trahisses comme un beau sal cette soirée avec Orval Ménard. Tu te souviens j'espère. Je te connais tu n'es pas juste un agace qui vient à un show d'ouverture et qui n'est pas assez homme pour se remontrer la face après cela? Ben voyons Bomby, ta carrière à la SOW ou le fait que tu sois un vampire en est peut-être pour quelque chose. Viens mon petit vampire, je vais te donner tout le sang que tu veux promis ou au pire tu iras rejoindre Deacon dans les sous-sol des HQ de la PWF mais come on, apparaît poule mouillée. Apparraît que je puisses te refaire le portrait à ma façon hehe ou préfères-tu rester dans ton Sanctuaire. Ca prouvera que tu es un putain de lâcheur et que quoi que tu dises, à la SOW ou ailleurs, ça ne vaut que dalle. J'ai fait plusieurs erreures dans ma vie, je peux l'avouer moi, mais de t'avoir fait confiance, toute ces années à vraiment été la pire et si tu ne viens pas bientôt, tu ne feras que confirmer ce que j'espère tu n'es pas...UN LOOSER!!!

Et de deux, Mr. Wild paye des journées complètes de diffusion sur PWF TV et depuis 2-3 jours que se passe-t-il? Rien, absolument rien ou pas grand chose. Ca commencer en force, faut que ça continue alors let's go les boys, c'est là que vous me faites une première bonne impression. Le show est dimanche soir et y'en a qui se concentres surtout sur l'entraînement. Je les comprend remarque mais forcez-vous pour mettre de la vie à la PWF, un petit 10 minutes de votre temps c'est pas trop demandé, on vous paye quand même haha!

De trois, j'envisage ce show avec beaucoup d'optimisme et j'ai raison. A part Sex Bomb, je suis tous fiers de vous. Vous avez démontrer un bon intérêt et j'aime ça mais n'ayez pas peur de vous impliquer, c'est le fun quand c'est diversifié.

Lâchez pas et a dimanche. Que peut-il se passer lors de ce TNT? Personne le sait vraiment, that's for sure!

- FIN DE TRANSMISSION -

_________________
Je suis l'homme en charge ici à la PWF. Vous venez me voir quand ça vous enchante. Je suis toujours ouvert à une bonne discussion et y'a toujours moyen de s'entendre je crois mais avec certains, ça risque d'être assez dur. Têtes dures, coups durs...that's it! Essayez-vous pour voir car ce n'est pas à moi que ça risque de faire du tord Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sam77
Hardcore Championship #1 Contender


Nombre de messages : 81
Date d'inscription : 22/10/2008

MessageSujet: Re: Sections Promos PWF TV/24online.com   Mer 12 Nov 2008 - 16:20

Cette video a été deposé sur le site internet de Samuel :
(On y voit la Street Fight Legend qui est derrière son bureau)

Samuel : " J'ai plusieurs choses à dire, tout d'abord je suis trés content dans cette federation et je m'entraine beaucoup pour mon match de dimanche. Cela sera surement le plus grand match hardcore de l'histoire et Rouchkov ne veut se battre qu'avec ses points. Huummm.... Cela sera dur pour toi Le Russe...... Mais bon c'est ton choix. Quant à toi Deacon quand j'ai voulu aller te voir dans ton trou à rat, il y avait deux garde devant ta porte. Je ne sais pas si c'est toi qui a pris peur ou si c'est la federation qui a voulu que je ne t'abime avant notre match.
Et quand j'aurai gagné ce match j'irai à la conquéte du titre Hardcore, et puis lorsque j'aurai gagné ce titre, j'irai chercher le titre principal, le titre de la PWF ! D'ici 6 mois je compte bien gagné ce titre. C'est ma nouvelle ambision car j'ai vu que je suis trés doué pour la lutte, peut être même meilleur qu'en Street Fight, c'est pour vous dire.... Voila je croisque j'ai terminé, mon prochain message sera dimanche aprés ma superbe victoire.
On se voit dimanche...."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
the_stifmeister

avatar

Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Sections Promos PWF TV/24online.com   Jeu 13 Nov 2008 - 14:41

Un sourire impatient se lit sur le visage du Stifmeister...

.:Stifmeister:.
Dimanche approche, le premier gala officiel de la PWF, et parlant de la PWF, je suis présntement, dans les couloirs de où aura lieu le prochain gala, et j'ai visité maloge loge...

Il pousse la porte derrière lui, la musique se met à jouer à fond, et plein de jeunes femmes dansent à l'intérieur de la pièce, il referme la porte avec un sourire aux lèvres.

.:Stifmeister:.
J'adore! Honnêtement, je connaissais le succès bien avant d'arriver ici, mais on ait quand même au paradis! J'ai hâte de connaître l'identité de mon premier adversaire, ainsi que première victime! Vous savex tous que ce n'est qu'une question de temps avant que je ne remporte le championnat mondial ici! Je suis d'accord, le roster est composé de pluieurs lutteur talentueux, mais aucun d'eux n'est destiné au succès comme le Stifmeister!

Une jeune femme sort de la loge et embrasse The Stifmeister!

.:La jeune femme:.
Ça c'est bien vrai!

Puis, elle repart de où elle est arrivée.

.:Stifmeister:.
Car, je suis le Stifmeister, baby! Haha!

The Stifmeister entre dans sa loge et la porte se referme sur une foule qui semble bien s'amuser!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thunder Storm



Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: Sections Promos PWF TV/24online.com   Jeu 13 Nov 2008 - 21:37

Thunder est chez lui quand le téléphone sonne. Il se dirige vers celui-ci et voyant le numéro de Big Deal Ramon sur l’afficheur, il prend le combiné et raccroche aussitôt. Quelques secondes plus tard, le téléphone sonne à nouveau. Cette fois, Thunder répond et sans lui laisser le temps de dire un mot, il lui dit :

Thunder : Toi si tu veux encore me planter dans ton émission de consanguin, je vais passer mon tour, j’ai d’autre chose à faire ça fait que bye.
Thunder raccroche, et lace ses bottes avant d’aller au sous-sol s’entraîner. La dernière marche de l’escalier est à peine franchie que le téléphone sonne pour une troisième fois, et pour la troisième fois c’est Big Deal Ramon. Cette fois c’est Big Deal qui ne laisse pas le temps à Thunder de répondre.

Big Deal : Tabarnak Thunder écoute moi donc deux minutes, j’ai un show à donner moi tu comprends. J’ai mon boss dans le cul depuis quelques semaines, on score pas assez dans les ratings.

Thunder : Ben moi vois-tu, j’ai un retour sur le ring à préparer, je ne suis pas là pour le show mais pour la lutte, ça fait que tu me sacres la paix pis tu me rappelles pu, c’est tu clair ?

Big Deal : Ben voyons, je suis peut-être pas le meilleur journaliste au monde, mais je sais que t’as pas de match de prévu encore, prends ça cool.
Thunder : C’est la nouvelle politique du boss, on connaît nos adversaires le soir du show. Dom essaie de créer de l’imprévu avec ça. C’est de la cochonnerie mais on fait avec.

Big Deal : Fak avec quoi que je remplis mon émission moi ?

Thunder : C’est pas mon problème. En plus de ça, c’est premier arrivé premier servi pour les heures d’onde sur PWF 24/7, donc n’importe qui peut venir pourrir les ondes quand il veut, et croit moi… ça vole pas haut.
Big Deal : Je te crois, moi parler des concours de callage du Stifmeister, disons qu’on fait vite le tour. Déjà qu’on a la réputation d’être le Ti-cul S de la radio, faudrait quand même pas en rajouter.

Thunder : Entre les crises de vedette de Rayer et le divertissement pour consanguin offert par Stifmeister, ya pas grand-chose à se mettre sous la dent. Raison de plus pour s’entraîner.

Big Deal : Ouais ben je te retiendrai pas trop longtemps, j’ai des idées à trouver pour faire du remplissage.

Thunder : Au pire, tu feras rejouer Thick as a brick est bonne cette toune là.
Big Deal : Ouin… ça fait déjà 4 fois cette semaine que je fais ça … ça commence à être louche.

Thunder : Ah c’est pas mon problème, en tout cas, bonne chance là ciao !

Big Deal : Toi si là à la prochaine chicane chef.
Thunder part à sa séance d’entraînement, enfin. Qu’est-ce qui faut pas dire à ces journalistes pour qu’ils se la ferment. C’est un pauvre type au fond. Obligé de trouver de la nouvelle là où il n’y en a pas. Construire scandales par-dessus scandales, ça ne doit pas être facile tous les jours. Les élèves de Thunder arrivent, les trois sont à l’heure comme enseigné. Ceux qui étaient 10 minutes en retard ont déjà reçu leur 4 %. Le premier mesure 6-8 et pèse au dessus de 250 livres, Mark Fritz de son nom. Il baisse la tête à chaque fois qu’il passe au travers du cadre de porte. Le deuxième est un petit gros, 5-7 325 livres de graisse pure à 100 % rempli de charisme. Il veut se faire appeler Chubby Gigalow. Pour le moment, c’est Pierre-Alexandre Legrand-Petit. Le troisième est un paquet d’os. 6-4, 165 livres de nerf à l’état pur. 19 ans, boutonneux, il a le look du nerd dans La Virée. Chris the Bones Mais ces trois gars sont des guerriers. Ils ont survécu sans broncher aux 5 premières leçons. Les gars font des routines où ils tombent sur le dos dans le milieu du ring. Thunder arrive à pleine vitesse et par surprise, fait un de ces clotheline dévastateur à Chris the Bones qui tombe comme une guenille sur le dos. Il se relève péniblement. Thunder le regarde dans les yeux pendant qu’il reprend son souffle.

Thunder : Tsé quand je vous parlais de réflexe l’autre fois.

Chris : Oui, mais tu parlais aussi d’endurance.

Thunder : Exact, mais lorsque tu veux éviter un coup, tu l’évites, c’est la chose intelligente à faire. Alexandre ?
Chubby Gigalow : Appelle moi Gigalow okay ?
Thunder : Pas tant que tu seras pas un lutteur digne de ce nom ! Aller : je cours vers toi et tu tentes un clotheline.
Chubby : De quel bras ?

Thunder : Je m’en fout.

Thunder court vers Gigalow, passe sous son bras et avant qu’il se retourne, Thunder a déjà rebondi dans les cordes et lui fait un bulldog. Chris et Mark regardent la scène et s’imprègnent de chaque seconde.

Mark : Sais tu contre qui tu te bats en fin de semaine Thunder ?

Thunder : Non, du tout, Dom m’a rien dit. Je commence à douter de leur professionnalisme. Le retour d’un multiple champion et pas moyen de savoir contre qui, il me semble que c’est la moindre des choses. Les deux gars peuvent se préparer en conséquence, s’étudier, et donner le meilleur match possible, et bien non.

Gigalow : Ouais ben disons qu’en ce moment, tu t’entraine avec trois drôles de bonhommes !

Les trois gars rient aux éclats, mais Thunder restent sérieux.

Thunder : Les trois meilleurs, vous vous souvenez combien vous étiez au début ? Y t’avait des tas de muscles, des petits high flyers. Et bien les trois gars qui ont le plus de potentiel, c’est toi le gros, toi le gringalet et toi la tour. Vous avez rien du look d’un lutteur habituel, mais pourtant vous êtes les plus vrais.

Les quatre gars continuent de s’entraîner comme des débiles jusqu’à ce qu’ils ne sentent plus un muscle de leur corps.

Thunder avant qu’ils s’en aillent y va d’une dernière parole.

Thunder : Les gars : dimanche … regardez moi faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sam77
Hardcore Championship #1 Contender


Nombre de messages : 81
Date d'inscription : 22/10/2008

MessageSujet: Re: Sections Promos PWF TV/24online.com   Sam 15 Nov 2008 - 16:02

A quelque heure de son premier match à la PWF, Samuel reste enfermé dans sa loge. Il a prevenu qu'il ne voulait aucun journaliste pour se preparer à son match.

Journaliste : "Nous sommes devant la loge de la Street Fight Legend à quelques heures de son match. Nous allons essayer d'avoir une interview exclusive."

Cameraman : "Je ne suis pas sur de vouloir y aller, ce mec a bien preciser qu'il ne voulait voir personne."

Journaliste : "Mais si il ne va rien nous faire."

Le journaliste et le cameraman rentre dans la piece. Il y a trés peu de lumieres dans cette pièce, et on y apperçoit un homme dans un coin avec une haltére dans la main et une cannette de bière dans l'autres. On y voit une dixaines d'autres cannettes gisant par terre. Lorsque Samuel vut les journalistes, il se leva et pris tout de suite le cameraman en le jetant dehors. Il ne resta plus que le journaliste, qui venait de se prendre une clothesline devastatrice, rempait par terre pour se relever. Samuel le regarda dans les yeux, et lui dit :

Samuel : "JE VOUS AVEZ DIT DE ME LAISSER TRANQUILLE !!!", son haleine empestait l'alcool et il criait.

Il lança violamment le pauvre journaliste contre le mur. Il parvient finalement à s'enfuir de la loge en saignant du crâne et en laissant la camera. Sur les dernieres images de la camera, on y voit Samuel lançé sa cannette de biere sur le sol. Pis il disparait de lécran pendant quelques secondes, lorqu'il revint il avait une masse dans la mian et il detruit la camera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivan Vladimir Rouchkov

avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: Sections Promos PWF TV/24online.com   Sam 15 Nov 2008 - 21:53

Ivan est dans sa loge, il est sur PWF Tv et regarde les dernière apparition de Samuel.

Ivan : Samy Samy Samy, qu’es ce qui se passe, la peur montre que tu es obligé de t’entrainer comme un forcené et de boire pour oublier, tu réalise ton erreur, mais ne panique pas mon grand tu ne risque rien

Il éteint la TV.

Ivan : En effet je ne suis pas un imbécile comme toi ou notre autre adversaire qui aime se mutiler, je me bas dans l’honneur, sans armes, je vais certe tout deux vous détruire, mais je ne vais pas mettre ton intégrité physique en danger ne t’inquiète pas, après ce match tu pourras continuer a Jobber pour moi.

Il affiche un léger rictus puis reprend.

Ivan : Dans quelques heure on y est, un match de rue, tout les 3, aucune règles, ce qui pourrai laisser penser que vous êtes a votre avantage, mais comme je l’est dit plus haut, si je ne mettrais pas délibérément votre santé en danger, votre égo lui va en prendre un coup, car ce ne sera pas un match, mais un squash, on ne joue pas dans la même catégorie vous et moi, et dans quelque heure maintenant, je vais vous montrez pourquoi.

Il fait signe a la caméra de partir, il va se reposé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaxon''Kotetsu'' Deac



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 22/10/2008

MessageSujet: Re: Sections Promos PWF TV/24online.com   Dim 16 Nov 2008 - 13:36

(Dans le milieu d’un forêt peu gâté par la nature a n’en constater par toutes les déchets qui sont par terre et à quel point les arbres sont amochés La plupart des arbres étaient écorchés à un tel point, que les écailles avaient complètement disparu. Il ne faut surtout pas oublier les nombreuses bières qui sont par terre, trace des jeunes fêtards de la veille. À en constater par la marque de bière, la Molson Export avaient été la bière de prédilection. Il est environ 6 heures du matin. Le soleil tant qua lui, à peine levé, on pouvait tout de même constater en toute splendeur comment il est étincelant. Une horde de corbeaux noirs trônaient sur la plupart des arbres. Ils semblaient toutes regarder au même endroit, c'est-à-dire, le début de la forêt. Un homme y était. Il était de taille normal. Il avait un très grand manteau avec un capuchon et ce dernier lui cachait complètement la tête et il lui arrivait jusqu’au cheville. Il regardait le sol pendant quelques secondes puis il regarda devant lui, avec un sourire sadique, suivit quelques instants plus tard, d’un rire machiavéliques tellement fort, que tous les corbeaux sans exception, se sauvèrent à l’autre bout de la forêt. Un bruit insupportable de battement d’aile suivit pendant quelques secondes. Finalement, sans équivoque, c’était Jaxon Deacon et ce dernier prit la parole.)

- Vous savez, être misérable. Aujourd’hui je vais enfin démontrer à tout le monde mon savoir faire, ce que je fais de mieux dans ce monde, ce que j’adore, ma passion détruire des personnes misérable qui n’ont aucune utilité. Je me sens comme si je serais entrain de sacrifier une personne pour mes cérémonies, c'est-à-dire complètement hors de moi, je ne peux plus me contrôler tellement j’ai hâte de vous détruire, toi Sam et le russe (Rire machiavélique). Comme promis, le russe, c’est à ton tour de te faire anéantir psychologiquement avant ton combat, tout comme je l’ai fais contre Sam. Tu sembles être quelqu'un de complètement stupide. Tu te dis être un homme d’honneur et tu penses gagner ce combat seulement avec tes mains et tes pieds. Tu te trompes complètement. Si dans ce combat, nous avons le droit d’utiliser des armes, pourquoi ne le fait tu pas ? Tu manques quelque chose, C’est tellement une sensation de bien-être de frapper quelqu'un à coup de bar de métal jusqu'à mort s’en suivre, tu ne peux pas savoir. Malheureusement pour toi, tu risques d’être une cible très facile et je vais te détruire en moine de deux. L’honneur est un principe inventé par des personnes stupides qui cherchaient un certain sentiment dans leur vie misérable, quand il perdait. Quelque chose que je ne vais jamais connaître, vu que je ne vais jamais perdre. Vous semblez oublier que je suis une des rares personnes qui adore se faire frapper. C’est tellement jouissif de l’expression des gens quand ils essaient de me violenter et ils s’aperçoivent que sa me fait pas mal et au contraire, j’adore ça. Généralement, c’est à ce moment là qu’il comprenne que pour eux c’est terminé pour de bon et c’est cela qui va arriver avec toi, Ivan. Je vais faire tout ce qui est humainement possible pour te faire souffrir au maximum avant de gagner le match. Dit toi que à chaque fois que tu vas tenter de me faire mal. Sa sera 3 fois pire MOUHAHAHAHA!

Et toi maintenant Sam….

(Un sourire narquois apparu sur le visage de Jaxon Deacon.)

Le match de se soir semble t’affecter plus que moi et ce stupide russe, est-ce que je me trompe ? Tu n’as pas arrêter de répété que tu allais nous battre facilement et que pour toi ce combat allait être comme prendre une marche et que sa allait être du gâteau. Selon les rumeurs des journalistes no-life, tu serais complètement bourré. Est-ce que tu sais ce que ça signifie ? Ça signifie que tu n’est pas capable de rien faire sous la pression et que je vais gagner le match plus que facilement. Tu viens de prouver à tous que ouvertement, tu ne deviendras jamais quelqu'un de bon et que quand il y a un enjeu à quelque chose, tu ne vaux rien. Tu es un être faible psychologiquement et je peux t’assurer que ça va être ton dernier combat de ta carrière se soir. En plus de ça, vous qui sentez la douleur, tu risques de ne pas être un meilleur de ta forme ce soir. Tu viens de boire. Si tu es moins résistant, ça signifie que mon plaisir de faire souffrir va durer beaucoup moins longtemps que prévu et ça me fruste un plus haut point… On se revoit sur le ring ce soir, les misérables.

( Dans un excès de colère, Jaxon donna un violent coup de poing dans l’arbre à coté de lui et parti hors de la forêt.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sam77
Hardcore Championship #1 Contender


Nombre de messages : 81
Date d'inscription : 22/10/2008

MessageSujet: Re: Sections Promos PWF TV/24online.com   Dim 16 Nov 2008 - 16:11

L'agent de Samuel a posté un message televisé sur PWF TV :

"Mon client, Samuel, ne participera pas à la conference de presse de l'avant match car il est en incapabilité d'y participer. Il m'a laisser un message disant qu'il est en plein dans sa preparation d'avant match, qui consiste à s'enfermer pendant deux jours dans le noirs, à boire, pour augmenter son agressivité. C'était déjà sa preparation lors du Street Fight et il compte perpetué cela. Il demande aux journalistes de ne pas le deranger comme se fut le cas hier. Ce match l'affecte beaucoup car c'est son premier test dans le catch. Voila c'est tout et à se soir pour voir son premier match à la PWF."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sam77
Hardcore Championship #1 Contender


Nombre de messages : 81
Date d'inscription : 22/10/2008

MessageSujet: Re: Sections Promos PWF TV/24online.com   Lun 17 Nov 2008 - 12:02

On voit apparaitre sur l'ecran Samuel, quelques heures apres son match. Son visage est souriant. Il est detendu.

"Je vais donné mon avis sur ce qui c'est passé hier soir, sur le premier show de la PWF version 2. J'ai trouver ce show trés bon dans l'ensemble et je suis trés content d'apprendre que je vais avoir une chance au titre hardcore lors du prochain show. Ce qui c'est passer ce soir était un accident, mais j'ai perdu et j'accepte la defaite. Je me referais la prochaine fois, c'est tout. Je dois juste approfondir mon entraînement. Hier ce n'etait pas un vrai Street Fight match comme j'en ait deja fait dans le passé. Ce qui m'enerve c'est que j'ai dominé le match, ensuite je me fait surprendre par Rouchkov qui veut me porter son finish, mais lui aussi se fait surprendre par Deacon qui a pris des coups pendant tout le match. Il ne meritait pas de gagné mais voilà c'est un lâche. Mais lui aussi c'est fait surprendre hier par Stifmeister et sa il ne l'attendiat pas car hier, moi et le russe on était debout à se frapper comme des tarés, mais lui était encore par terre dans son sang. Et toi "Le Russe", si la securité ne m'avais pas separer de ta carcasse, tu serait pareil. Mais tu l'as ton match en 1vs1 avec moi et cette fois je compte gagné car c'est un no-DQ match. Je te conseille d'utilisé les objets cette fois car tu aurais pu gagné si tu en avais utilisé. Je ne suis pas blesser par rapport au match d'hier, contrairement à vous car toi le Russe tu saigné et de même pour Deacon, même on sait que tu adore saigné Deacon.

(Il fait une pause)

Bon assez parler de mon match, j'ais trouver le match Row vs Thunder Storm trés interressant, car j'aime la façon de penser de Thunder Storm, quitte a ne pas gagner le match, je prefere le faire souffrir. C'est intelligent, j'aimerais vraiment faire equipe avec toi un jour.... Le petit Talk-Show de Stifmeister était trés decevant car il était trop court et je m'attendais à le voir catcher pour voir ce qu'il vaut vraiment, car je suis sceptique à son sujet malgré le fait qu'il ait assomé Deacon, ce que j'ai vraiment apprécier d'ailleurs. Et enfin le main-event. Mon dieu, QUEL MAIN-EVENT, Simmons vs Rayer, deux legendes du catch. C'était un trés bon match et à la fin, la vengeance de Dom était trés bonne, même si Rayer a vraiment dominé le match. C'est le grand perdant de la soirée, il était completement inanimé la fin du combat. Je me demande si Soul catchera ici car je l'aime bien ce mec.

Une autre question me vient : Pourquoi Sex Bomb ne vient il pas ? Il a peur ? Depuis le show d'ouverture, plus rien ! Nada ! Moi quand je m'investi, j'aime bien que les autres le fasse aussi. Je ne veut pas que la PWF ferme alors que je me suis entraîner pendant plus de 6 mois à la lutte. Donc si tu ne vaut pas de probleme avec moi, ou même avec le GM qui n'avait pas l'air content, VIENT SIGNER TON CONTRAT ! Qu'es-que cela te coutera, et puis avoir ton nom dans le roster cela donne une autre dimension à la federation. Et lorsque j'aurais gagné des titres ici, je pourrais me dire que je les aurais gagner dans une federation où se trouve d'aussi grand catcheur. Cela fera excellent sur mon palmares.

Dom, n'oublie pas ce qu'il y a d'ecrit dans mon contrat concernant moi et ton poste de GM pour une soirée. Je ne te brusque pas et j'ai tout le temps mais c'est juste pour te le rappeler. Pour finir, je voudrais m'excuser auprés du journaliste et du cameraman que j'ai frapper, mais il ne faut vraiment pas me deranger pendant ma preparation de match, je ne suis pas dans mon état normal, je suis agressif et bourré. Le journaliste est à l'hospital pour une commotion cerebrale et je vais lui payé tout ces frais medicaux, et il m'a dit il y a moins d'une heure qu'il ne porterait pas plainte contre moi. Bon bas au revoir et à la prochaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayer
PWF World Champion


Nombre de messages : 35
Age : 29
Localisation : Ottawa
Date d'inscription : 04/11/2006

MessageSujet: Pour une marche de combat (Partie 1)   Lun 17 Nov 2008 - 13:10

(La caméra montre une pièce entièrement noire. Après un certain mouvement, révélé par la lueur qui provient de la fenêtre, et un petit bruit aigu, révélant que le caméraman a appuyé sur un bouton, le monde infrarouge est mise en marche. On discerne le bureau dans des tons violacés, et l’ensemble du mobilier qui compose ce qui semble être la chambre de Rayer. Près de la fenêtre, une zone de flou s’est installée, vraisemblablement à cause de la lumière extérieure. Lorsque la caméra se tourne vers le lit, on trouve une forme rouge peu mouvante. Quelques minutes s’écoulent, lentement, au rythme des respirations du dormeur. Soudain, un cri strident entre par les fenêtres et porte Rayer à se lever sur son séant. La forme tourne lentement la tête en direction du châssis, et observe. Le caméraman se lève, ce qui indique qu’il était sur une chaise, et se dirige vers la seconde fenêtre de la pièce, laquelle est plus près du bureau que du lit, afin de regarder à l’extérieur. Tout semble parfaitement calme, une balançoire est agitée par le vent, et le parcours du combattant de son fils, composé, dans l’ordre, d’un champ de barbelés en dessous desquels il faut ramper, des barres élevées au-dessus d’un étang de gadoue, en position ascendante, puis un téléphérique d’une longueur d’une dizaine de mètres qui descend vers le sol, lequel surplombe un massif de ronces. Tout est illuminé par la lune et luit tranquillement. Rien ne semble perturber l’ambiance, si ce n’était de ce cri. La caméra bouge un peu et montre une immense piscine, située à environ huit mètres du début du module d’entraînement, montre une eau calme, et reflète la lumière avec force vers la fenêtre. Le cri, lequel est maintenant clair, est entendu une seconde fois : « Rowwwwwwwwwww! » On dirait la plainte d’un loup à la pleine, lune, exception faite que la lune n’est pas pleine et qu’il ne s’agit pas d’un loup, mais d’un individu dont l’identité n’est pas à montrer. Rayer lève la tête pour contempler la forêt, très dense, qui se situe de l’autre côté de sa clôture. Cette barrière, il faut le remarquer, est lattée, en ce sens qu’il est impossible de regarder à l’intérieur ou à l’extérieur à cause des planches insérées avec justesse dans le cadrage métallique. Il est aussi, à cause des piques qui sont postés en haut, impossible d’entrer dans l’enceinte du domaine. Loin de paraître rassuré, cependant, Rayer lève un coin de la bouche, comme s’il s’attendait à ce que l’hurleuse tente une escapade sur sa propriété. Après une attente patiente, le cri se fait entendre une troisième fois : « Rowwwwwwww! », cette fois avec plus de force, comme si elle s’approchait. Par contre, lors de cette troisième tentative, une autre voix, provenant de l’autre côté de la rue, selon l’amplitude, est audible : « Vas-tu fermer ta yeule ma grosse tabarnak? » Rayer, à ce moment, se tourne vers son lit en murmurant.)

Rayer (dans un baillement) : J’allais le dire…

(Il pose un genou sur son lit puis se tourne. La caméra montre des yeux légèrement verdâtres, comme ceux d’un chat, à cause de l’amplification de la luminosité. Fixant son caméraman, Rayer fait rapidement le tour de son lit et enjambe, comme par habitude, ses pantoufles, cela en vue de parvenir à l’interrupteur, qu’il tourne en position « ON ». L’homme n’est vêtu que d’un bas de pyjama, qui révèle un torse très peu poilu, mais où chaque poil est de couleur blonde. Son pantalon de coton est de couleur blanche avec des lignes verticales bleues, et il a posé ses poings sur ses hanches. Son visage est assex contusionné et on remarque quelques bandages sur son torse, en plus des gazes qui sont placées sur son visage et lui donnent une allure assez glauque. Son œil gauche est ecchymosé, et une enflure est distincte au niveau du poignet droit, puisqu’il y a une prothèse qui la soutient. Sa lèvre inférieure est, elle aussi, légèrement enflée, et une marque de sans séchée se remarque sur le coin gauche des lèvres. La caméra picote rapidement pour montrer l’imposant lit, en acajou avec des boules aux coins inférieurs du lit, et une tête immense sculptée, avec une scène de Tristan et Yseut comme motif, plus précisément la scène avec le roi Marc qui les observe près de la fontaine, avec en dessous les mots : « Je vous regarde toujours ». Sans permettre un tour plus grand, il s’adresse au caméraman.)

Rayer (avec violence) : Qu’est-ce qui te prend de venir dans ma chambre en pleine nuit? Ce n’est pas dans ta description de tâche et si tu viens simplement pour ton plaisir, tu peux éviter de venir? Alors tu vas prendre ton engin et… (Il prend une grande respiration, ce qui lui fait lever les épaules. Il lève la main gauche, montrant la paume au caméraman, les doigts légèrement pliés vers l’intérieur, le bras collé au corps et élevé à presque quatre-vingt-dix degrés. Il ferme les yeux alors qu’il prend sa respiration, puis regarde l’homme qui est entré dans sa chambre d’un air consterné. Il baisse le bras, tranquillement, puis reprend la parole.) Tant qu’à être éveillé, je vais t’adresser quelques mots, après quoi tu sors de ma propriété, et je me fous complètement que tu te fasses agresser par la chose qui se promène dehors, tant que j’ai l’enregistrement avec moi.

Je vais commencer par adresser quelques mots concernant les événements qui se sont passés hier, au premier événement du nom de TNT. Ces mots s’adressent, de manière plus ou moins précise, au président de la fédération ainsi qu’à son chien de poche, en l’occurrence Chris Row. La seule chose que tu as montré, ce n’est pas que tu peux me vaincre et que je doive te respecter. Au contraire, tu as simplement fait preuve de couardise, comme toujours. Comme tu étais dans l’incapacité de me vaincre, soit par la parole, soit d’un point de vue plus physique, tu as tenté de t’en prendre à moi par l’interposition d’un tiers, ce qui frise la pathétisme. Cela m’honore, cependant, du fait que, même avec Row, vous étiez trop faibles pour me détruire. Il aura fallu des troupes fraîches, dans un combat que je devais remporter, qui me prennent par surprise, pour que je capitule, d’une manière ou d’une autre. Cette tentative, que tu croyais dommageable pour ma personne, n’est que du vent. Comme toujours, je m’en sortirai. Les marques que tu m’as laissées sur le visage te feront peut-être rire dans les prochains jours, peut-être même que Deacon tentera de venir se frotter dessus, dans son départ érotico-maniac, mais elles cicatriseront. Les marques que j’ai relevées sur toi, Dom, sont pires que les miennes en ce sens qu’elles ne disparaîtront jamais. Elles se font, en fait plus persistantes, puisque tu luttes pour les éviter et tentes de regarder ailleurs. L’absence d’introspection est le plus grand mal de l’âme.

Pour te montrer à quel point il m’est aisément possible de te pourrir la vie, je t’avertis dès maintenant que tu recevras dans les prochains jours une lettre de mon principal avocat. J’ai remarqué, en cherchant plus tôt aujourd’hui des informations qui te mettraient dans le pétrin, une incartade relative à la signature de mon contrat. En effet, tu avait accepté la clause suivante : Un million dollars cinq cent mille par année ou trente pour cent de la masse salariale totale de la ligue ou le salaire le plus élevé de la PWF, selon ce qui équivaut au plus élevé. Le fait est que mon salaire actuel est d’un million cent mille dollars par année. Wild entendra donc directement parler de moi dans les prochains jours, puisqu’il ne sait pas additionner deux et deux. Certes, cela ne te concerne probablement pas, parce que tu n’est pas dans le cercle des finances, mais tout de même, la fédération souffrira de mon mécontentement. Si je n’obtiens pas mon salaire d’un million cinq cent mille, puisque c’était le minimum imposé par la clause, je partirai en procédure judiciaire contre vous, et comme nous avions un contrat verbal qui stipulait l’arrangement, j’ai peur de dire que vos chances sont nulles et que j’aurai gain de cause.

Approximativement au même niveau de nullité, on retrouve la carte partielle du prochain spectacle. Le fait est que tu ne peux faire un championnat pour le championnat poids lourd sans que je sois le combat final. En effet, on m’a laissé conserver la ceinture, puisqu’officiellement elle ne m’a jamais quitté. Par contre, si on fait un championnat et que je commence au niveau de la plèbe, comme le reste de la racaille, cela m’enlève en quelque sorte mon titre de champion. Il faut que le championnat qui aura lieu ait donc pour dessein de me trouver un adversaire, et que l’objectif des participants soit de devenir mon opposant plutôt que le champion, du fait que l’on ne peut m’arracher ma ceinture sans aller à l’encontre du contrat que j’ai signé. Il faudrait que tu apprennes à lire, Dom, cela te servirait peut-être. Je t’ai écrit, dans le temps, une pièce de théâtre qui, si elle est inspirée par la logique absurde, n’est pas dénuée de sens. Tu n’apprends pas de tes erreurs, ce qui amène l’opprobre sur toute ta famille, malheureusement. Mon but est de leur sauver cette douleur et cet ostracisme social en faisant de toi quelqu’un de meilleur, crois-moi, mais en continuant avec l’attitude que tu adoptes, et surtout en te liant d’amitié avec l’homme pagaie, cela n’arrangera pas ton cas. Celle qui a crié tout à l’heure n’a pas lu mon texte, mais il suffirait que je l’échappe de l’autre côté de la clôture pour qu’elle puisse y jeter un œil, ce qui la lancerait sur ta piste. Et tu peux le croire, elle est persévérante. Il suffirait de le demander au garde du corps de mon fils pour en avoir une réponse qui irait en ce sens.

(au caméraman) Je dois aller me chercher un verre d’eau, alors suis-moi dans la cuisine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.editionsavant-garde.com
Rayer
PWF World Champion


Nombre de messages : 35
Age : 29
Localisation : Ottawa
Date d'inscription : 04/11/2006

MessageSujet: Pour une marche de combat (Partie 2)   Lun 17 Nov 2008 - 13:14

(Rayer ouvre la porte de chêne blanc qui isole sa chambre et allume l’interrupteur en étirant le bras. Il passe devant quatre portes en marchant une distance d’environ dix mètres, puis prend un ample escalier sur sa gauche. Une fois un premier pied dans l’escalier, il ouvre un nouvel interrupteur qui illumine le grand salon et l’ensemble du premier étage. Une fois sur le tapis, au pied de l’escalier, il continue le long du couloir et pénètre sous une arche sur sa droite. Le caméraman le suit s’arrête à côté d’une petite table carrée de quatre place, avec pour dessin, sous un protecteur plastique, une immense réplique de l’aigle nazi. Le caméraman se tire un siège et tourne l’objectif vers Rayer, qui ouvre les armoires, une à une afin de trouver un verre. Une fois la dixième porte ouverte, il en tire un verre légèrement poussiéreux. Il ferme une première porte de sa main droite, mais la ramène avec vitesse près du corps. Il clos les autres de la paume de sa main gauche, et passe le contenant de vitre sous l’eau afin d’enlever le saleté et, sans le sécher d’aucune manière, il se dirige vers une machine à eau, dissimulée dans une armoire. Il boit de longues gorgées, puis pose le verre sur le comptoir.)

Rayer (au caméraman) : Qui t’as dit que tu pouvais t’asseoir? Tu te lèves et tu pousse la chaise. Tu as voulu venir en ma demeure sans me le demander, alors reste au moins poli.

(Il remplit, puis vide, à nouveau son verre, en attendant que l’homme qui tient l’objectif obtempère.)

Rayer : Avant que je ne m’adresse à l’ensemble de la plèbe servile, j’aurais quelques mots à adresser à Deacon. Tu as sans doute remarqué que, dans les dernières semaines, les gens ont été intrigués, sinon ont pouffé de rire en regardant ton culte. En fait, le fait est que ce n’est pas, comme tu le prétends, une religion. En effet, une religion apporte une transcendance en vue de maîtriser, sinon de comprendre certains aspects de la vie. Toutes les religions s’accordent sur ce point. En ajout, les religions traitent généralement de la vie après la mort en vue de lui donner un sens et traitent des limites de la possibilité humaine. Dans ton cas, ce sont les limites du corps qui sont recherchées, mais ce n’est pas tout cela. Les limites spirituelles sont régressées. Je ne crois pas, en fait que la religion soit une clé, mais lorsque l’on s’attarde à ton culte, qui tend à détruire toute forme de vie, à annihiler toute existence, ce qui soustrait toute faculté de transcendance et enlève la barrière de la vie après la mort, il ne reste plus grand chose de ce que l’on peut appeler une religion. Il ne suffit pas de faire une prière en se baignant dans le sang de poulet, à la limite celui de ton adversaire, pour se considérer comme religieux. On remarque, chez les gens suffisamment faibles pour rechercher la croyance, quelque chose de plus. Cette chose, c’est l’espoir. Ton geste, en somme, n’est qu’un délire psychotique mal structuré qui fait montre de ton esprit malade. Or il m’est toujours dommageable de voir des gens qui souffrent de maladies mentales. C’est, je dois dire, un désespoir profond (il hoche légèrement la tête, mais ne semble pas convaincant dans son affirmation), du fait que tu ne peux être sauvé si tu as une affection biologique, et qu’ainsi il me faudra te détruire. C’est, j’en suis conscient, la seule solution. J’attendrai donc mon heure, mais je te conseille de ne pas avoir le sommeil trop léger d’ici à ce moment, autrement tu risques quelque incartade qui me rendrait la tâche beaucoup, beaucoup trop facile. Car il y a, cher ennemi, des moyens beaucoup plus utiles de détruire un homme, soit en l’affaiblissant psychologiquement. Tu pourrais demander à Orval Ménard, il n’a pas apprécié son passage dans le sous-sol de mon ancienne demeure et l’a crié haut et fort. Un peu trop, même, ce qui lui a valu d’y rester un certain temps. Outre cette idée, je peux en découvrir suffisamment sur toi pour te faire envoyer en prison, si nécessaire. Une fois le rectum assez large pour que le géant puisse y entrer son poing, tu changeras peut-être d’opinion face à ta secte, à moins que toute cette douleur physique ne soit pour toi qu’un stimulus sexuel parmi d’autres? Que penses-tu de cette idée?

(Un nouveau cri est entendu par le vasistas ouvert en haut d’une armoire de Rayer, près de l’évier : « Rowwwwww! » Prenant une grande respiration, ce dernier prend une perche et ferme le clapet, de sorte que la cuisine redevienne silencieuse. Le visage de notre protagoniste s’éclaire d’un sourire malicieux, et il regarde le caméraman, le visage brillant, se passant les doigts de la main droite tranquillement dans les cheveux.)

Rayer : Alors moi, je vais retourner me coucher. Je sais bien que c’est pendant le jour que l’on cicatrise le plus, mais je n’ai pas que ça à faire, alors… Tu me donnes cette cassette, et tu files.


Caméraman : Mais…

Rayer (pédant) : C’était bien clair lorsque je me suis réveillé, alors on ne changera pas d’opinion maintenant. Alors tu te lèves, tu me donnes cette caméra, et tu files.


(Voyant qu’il n’obtempère pas, Rayer met la main dans la poche droite de son bas de pyjama et en tire une télécommande. Celle-ci est enfermée dans un boîtier rigide, qui empêche l’athlète de l’actionner pendant son sommeil. Il pèse sur un bouton, en haut à droite de la manette, et l’on entend un grognement au deuxième étage. Rayer, sans bouger, tourne les yeux en direction du bruit, et le caméraman se tourne. On voit bientôt, descendant les marches à toute vitesse, le garde du corps du fils de Rayer, lequel est vêtu uniquement d’une paire de « boxer », révélant toute sa musculature. Figeant lorsqu’il voit la caméra, il semble s’être soudain éveillé comme sous l’effet d’une douche glacée. Les yeux grand ouverts, il fixe Rayer, visiblement surpris.)

Rayer (neutre) : Tu vas lui enlever sa caméra et après j’apprécierais que tu le jettes dehors. Et par dehors, j’entends de l’autre côté de la grille. On a eu l’amabilité de l’amener jusqu’ici depuis le stade, il aura au moins l’obligeance de quitter par lui-même, non? Pose la caméra sur la table, je ne voudrais pas qu’il se la fasse voler en chemin! Ce serait du gaspillage d’argent pour la ligue, et je ne le permettrais pas (il affiche un sourire narquois après cette remarque ouvertement cynique).


(Le garde du corps baille, puis s’exécute. Il lève les deux bras, comme lors d’un match de lutte olympique, de manière à prendre les deux poignets de son adversaire, et de le dépouiller de sa caméra, qu’il pose sur la table. Le caméraman, fortement apeuré, court vers la porte, mais avant qu’il ne s’y rend, le garde du corps fait quelques pas rapides et saute en vue de le prendre par les talons et de le faire tomber sur le sol. Une fois étendu, il lui place une main au niveau du cou et une autre au niveau des cuisses pour le soulever, sur ses épaules en « Fireman’s Carry », ouvre la porte, et sors. Alors que l’estomac de Rayer est en gros plan sur la caméra, puisqu’il cherche le bouton qui éteindra la caméra, on entend une voix d’enfant.)

Hans-Jakob : Quel est tout ce bruit?

Rayer (sur un ton tout à fait platonique et dénué d’expressivité, travaillant toujours sur la caméra, puisqu'il ne s'est pas retourné et que l'on voit toujours son estomac) : Une grosse folle qui hurle à la lune, ton père qui monologue à une caméra, le caméraman qui s’obstine, le garde du corps qui vient tabasser le caméraman et le garde du corps qui ouvre la porte et la ferme sans aucune délicatesse. Dans l’ordre, je crois que tout y est, ou environ. Ah! Et il y a aussi notre voisin Craig Simmons qui a voulu t'enlever pour t'amener chez lui, alors gars à toi. Tu peux retourner te coucher, il n’y a rien d’alarmant. Je te donne quinze minutes pour dormir sinon la grosse folle viendra te manger.

(On entend les doigts de Rayer qui tapotent la caméra puis, tandis que la porte se ferme dernière lui, l’image disparaît.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.editionsavant-garde.com
Jason Wild
PWF President


Nombre de messages : 123
Age : 38
Date d'inscription : 21/09/2006

MessageSujet: Re: Sections Promos PWF TV/24online.com   Lun 17 Nov 2008 - 14:30

Le Président de la PWF, Jason Wild, apparaît l'air pas très heureux. Il à un papier en main et le regarde attemtivement avant de le déposer en face de lui, sur son bureau et de regarder la caméra.

Wild: J'ai retourner ta petite bétise d'un côté et de l'autre et moi aussi j'ai trouver un moyen de tenter de retourner ta petite manigance contre toi et ça pas été long avant que je trouve une petite faille à ta game mon cher.

Premièrement, je suis le Président de la PWF et non Dom, qui en est le GM. Et de deux, crois-moi que je sais compter jusqu'à 4 et que j'avais très bien prévu une crosse comme ça de ta part et c'est pourquoi je me suis interrogé tant qu'à tes 3 choix car oui tu m'as offert 3 choix Rayer.

Le premier était de t'offrir un salaire d'un million et cinq cent mille dollars pour un an.

OU

Le deuxième était de te donner 30% de la masse salariale de la ligue.

OU

Le troisième était de te donner le salaire le plus élevé de la PWF.

SELON CE QUI EQUIVAUT AU PLUS ÉLEVÉ.

Par cotnre, jamais dans la négociation il a été question que le 1,5 millions de dollars par année était le MINIMUM voulu par votre parti. Envoit tes papiers à Dom, à moi, mais c'est toi qui perdra car le 1,1 million de dollars offert pour un an , EQUIVAUT AU SALAIRE LE PLUS ÉLEVÉ DE LA PWF! C'est justement Rayer, tu veux jouer avec les mots mais ce contrat est trop pas clair pour que tu puisses y changer quoi que ce soit. Je remplit ma clause en te donnant l'un des trois choix que tu m'a donnés et il équivaut au salaire le plus élevé de la fédération. Y'a rien d'autre à rajouter à ça à part que traîne la PWF en court si tu veux, TU VAS PERDRE A COUP SUR RAYER!!!

Jason reprend le papier, le déchire, se lève et quitte son bureau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pwf2009.actifforum.com
Black Storm

avatar

Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 29/10/2008

MessageSujet: Re: Sections Promos PWF TV/24online.com   Mer 19 Nov 2008 - 0:25

On se retrouve dans le PWF Arena, l'amphithéâtre est vide, les lumières sont à moitié ouvertes et on peut voir James Steen, assit sur un des coins du ring et regarde dans le vide. Il demeure ainsi quelques secondes et fait comme revenir sur terre d'un coup.

Steen : Excusez-moi, j’étais partit dans mes pensées, ça m’arrive des fois. Bon, j’aimerais tout d’Abord parler du dernier show et donner un avis général sur chacun des moments de ce show, question de montrer que je m’intéresse au bien être de cette fédération et surtout que je m’intéresse à tout ce qui se passe à la PWF.

Je vais y aller en ordre, comme ça, ce sera moins dur pour certains qui auraient peut-être de la misère à se situer. Que voulez-vous, y’en a toujours des pas vite qui doivent analyser pendant deux heures afin de trouver des manigances qui n’existent point alors pour ceux là, allons-y chronologiquement.

James descend du ring.

Steen : On a vu l’ambiance et tout le monde qu’il y avait au PWF Arena au premier TNT de la PWF depuis sa réouverture. Une ambiance canon, des fans fous du retour de cette fédération et le sentiment d’appartenance présent toute la soirée.

Il s’envoit dans les câbles et au retour, s’arrête au milieu du ring.

Ensuite, un segment très intéressant du premier champion de la PWF, Rayer, qui vient nous montrer qu’il existe et qu’on doit ou non se soucier de lui. Moi je crois en fin de compte que ce type se prend pour un autre, oui, mais il a ce qu’il faut pour se prendre pour quelqu’un d’autre. La parole facile, le malin en lui, l’expérience de la défunte ALNF, les rivalités et les adversaires pas possible que ce type a dus traverser. Il sait qu’il est l’un des meilleurs au micro, comme dans le ring, mais son entêtement lui fera sûrement perdre une couple de dents. A ce que j’ai pu voir, le GM Dom, n’est pas quelqu’un à se mettre à dos mais Hans-Jakob semble en avoir décidé autrement en traitant notre Président de touts les noms et il méritait ce qui lui est arrivé à TNT. En soufflant sur un feu, on peut finir par se brûler, on sait jamais. Il s’en fou comme tout les autres, c’est si facile d’être indifférent.

Le combat triangle bataille de rue était vraiment divertissant. J’étais dans ma loge et je m’amusais à regarder ces 3 types tenter de se blesser et se coucher pour le compte de trois. Ca me rappelait des bons souvenirs de mes débuts à la SOW dans la catégorie hardcore, même si ça fait pas une éternité et que je suis toujours dans cette catégorie, mais quand même. Je me disais qui fallait avoir du guts pour risquer de se briser n’importe quoi, n’importe ou, n’importe quand mais qui ne le fais pas dans cette compagnie ? Tous les lutteurs risquent leur vie à chaque match c’est juste que les combats hardcore, ça fait plus mal encore, ça demander de l’endurance alors bravo à Jaxon qui a réussit à en sortir vainqueur. Une intervention rapide et décisive de Stifmeister, j’ai bien aimé. Pour les autres, tenter de vous reprendre au prochain TNT c’est tout ! Vous avez un mini tournoi pour vous prouver et prouver qui est le champion hardcore, qui représentera le hardcore à la PWF ! Bien hâte de voir ça mais moi j’ai d’autre chose, non pas plus importante, mais plus insignifiante devrais-t-on dire, à m’occuper.

Tu te prends pour qui Stivers entré dans mon lockeroom sans cogner ? Un looser parce que c’est-ce que tu es. J’aurais dû te knocker direct là mais tu m’as attaquer alors que je te disais la simple vérité. Ca montre bien comment la vérité choque dans ce cas et que toi tu es loin de me choquer dans un ring mais quand tu te promènes dans ce long chemin de la vie, tu m’emmerdes pas mal plus que tu me choque. C’est peut-être pour ça qu’on n’a jamais entendu parler de toi depuis que tu as signer ton contrat et que tu passes bien juste parce que tu te présente au show sinon NADA !!! Rien Stivers. On parle dans le vide, tu passes pour un criss de cave pis après c’est toi qui devrait m’en montrer ? Bullshit espèce de petite larve humaine. Tu es peut-être dans ce buiseness depuis plus longtemps que moi Stivers mais ça ne veut pas dire que tu sois plus fort, plus vite et plus intelligent que moi. Tout ce que tu fais me prouve le contraire d’ailleurs car au moins, quand je t’entendrai me répliquer et te montrer la face à se putain de poste PWF TV, je te respecterai peut-être un peu plus, mais encore.

Sex Bomb mérite l’épée qui lui pend au dessus de la tête, une bonne décision par le GM de la PWF, Dom, qui sait mettre ses culottes quand c’est le temps ! Il l’a prouver avec Rayer, avec Thunder et Row et ensuite avec Bomb qui ne daigne venir signer son petit contrat.

C’est moi ou bien Row, Bomb , Stivers, tous des supposés grands de ce buiseness se désiste de leur obligations et limite leur talent à de simples présences pathétiques ou pas de présence du tout. Est-ce que la PWF a engagé des incompétents ou quoi ou bien elle a fait les bons choix quand à la signature de ses contrats. En tout cas, moi je donnerai la marchandise car je ne veux pas que la fédération meurent une deuxième fois alors je m’implique !!!

Pour suivre avec le dernier show, le combat entre Thunder Storm et Chris Row a été un vrai classique et Thunder a su démontrer à Row que malgré l’arrogance et l’assurance de ce dernier, qu’il n’était pas l’intention de lui laisser le gros bout du bâton. Il a tenu les rênes, a fait sa tête dure et a fait mal à un pitoyable individu qui ne mérite rien de moins que ce qui lui est arrivé au dernier TNT !

Row, depuis que je t’ai répliqué la dernière fois, que je t’ai bouché devrais-je dire, je n’ai jamais réentendu ta petite gueule et revue ta petite face de crapet sur PWF TV à part au TNT ? Quel est le problème ? Un autre qui ne sait répliquer et préfère se cacher comme un pauvre pourrit, un déchet et un lutteur imbu de lui-même pensant détenir la vérité absolu mais qui n’en est rien. Ca vaut pas fort, ça pèse pas fort dans la balance et encore une fois je le dis, si c’est ça nos grands lutteurs à la PWF, on va être dans le trouble tantôt je crois bien.

Au moins on a eu un main event incroyablement divertissant avec 2 lutteurs de talent qui EUX, savent donner un spectacle divertissant et digne de ce sport. Non mais c’était tu nice avec Dom à la fin qui pètes la gueule de Rayer, le grand Rayer, avec l’aide d’un géant dénommé Soul. Wow, pour le divertissement en tout cas, pas besoin de repasser, on en avait, mais c’Est de voir la gueule de Hans-Jakob, les yeux fermés et il se plaint ensuite avec des papiers. Non mais on croirait Orval Ménard à l’ALNF. Un homme qui semble-t-il avait toujours les papiers pour tout prouver alors j’espère que Rayer à les siens ses papiers pour prouver ses intentions pour son contrat car ça semble pas clair cette affaire là, sûrement à suivre d’après la perfection incarnée, plutôt d’après ses avocats. Wooooooooooooo !!!!

Black Storm se met au centre du ring, lève le bras gauche dans les airs, claque des doigts et la lumière s’éteint, ainsi que la caméra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sam77
Hardcore Championship #1 Contender


Nombre de messages : 81
Date d'inscription : 22/10/2008

MessageSujet: Re: Sections Promos PWF TV/24online.com   Jeu 20 Nov 2008 - 17:16

Sur PWF TV, on apercoit un journaliste qui dit :

"Durant les 3 derniers jours nous avons fait un reportage sur la Street Fight Legend, Samuel. Pendant trois jours nous l'avons suivies et il c'est passer beacoup de choses en 3 jours. Par exemple, on se demande tous où il était pendant trois jours. C'est assez surprenant et vous allez decouvrir cela dans notre reportage. Tout à commencer juste apés son match de dimanche dernier."

La musique Evolution de Mötorhead s'entend en fond. On voit des images de son match à TNT 1, on l'aperçoit lorsqu'il frappe Deacon et Rouchkov avec l'escalier, lorsqu'il frappe Ivan avec une chaîse, et finalemant à la fin lorsque Deacon gagne le match et que Ivan et lui se frappe.

Samuel se trouve dans la loge, quelques minutes aprés son match.

Samuel : J'en reviens pas j'ai perdu ! Merde ! Il a eu de la chance ce vamire, qui vit dans une cave, mais heureusement j'ai cette chance au titre hardcore. Mais sinon c'est une mauvaise soirée pour moi. Le show était excellent pour les autres matchs par contre.

Samuel donne un coup de poing dans le mur.

Il prend son manteau et dit :

Ce soir je vais voir le journaliste que j'ai frapper, pour le convaincre de ne pas porter plainte.

Le journaliste : Parce qu'il veut porter plainte ?

Samuel : (en riant) Ouais, mais t'inquiéte pas à toi je ne te ferai rien.

Ils prirent sa voiture, une Porsche Cayenne, pour se rendre à l'Hospital. Samuel roulait à 160 km/h sur l'autoroute et se fit flasher 3 fois

Samuel : Si vous pouviez ne pas montrer sa dans votre reportage.....

Arrivé à dans la chambre du journaliste, il lui présenta tout de suite des excuses.

Samuel : Je suis vraiment désolé mais c'est aussi un peu de votre faute vous n'aviez pas à venir pendant ma préparation, je l'avais bien préciser. Mais je suis vraiment désolé, et j'espere que vous ne porterai pas plainte.

Journaliste : Combien ?

Samuel : Quoi ??!!! Mais j'esperai que vous seriez un homme résonable.

Journaliste : J'ai perdu cela lorsque vous m'avez envoyé contre le mur de votre loge, et que vous m'avez causé un traumatisme cranien. Donc je repéte ma question. Combien ?

Samuel : (en soupirant) 10000 $

Journaliste : 15000 $ + Les frais medicaux, à prendre ou à laisser mais si cette affaire va aux tribunaux il y a de fortes chance que se soit plus que sa.
Samuel : Ok ! (Il avait perdu son calme) Mais vous êtes un escroc, un crevard ! Que je ne vous revoit plus jamais.

Il s'en allat furieux et rentra chez lui en roulant encore plus vite qu'à l'aller.

Sa maison était prés de Boston, au USA. C'était une magnifique villa avec piscine chauffer, parc de 10 hectares, un ring chez lui. Sa maison resemblait à un chateau moderne et à l'interieur il y avait toute la technologie moderne, tele plasma, commande de la maison à distance....ect
Il nous présenta à sa femme, Charlotte, avec qui il est marié depuis 5 ans. Mais étant une femme d'affaire trés respecté ils ne se voyaient pas souvent. D'ailleurs elle partait à se moment là. Samuel nous fit visité toute sa maison de 500 metres carré. Pour la fin de la visite, il nous montra sa piéce personel, sa salle des trophés. Il y avait des dixaines de ceinture de Street Fight, de photos, de Coupes, et un emplacement vide.


Samuel : C'est là que je mettrai la ceinture Hardcore de la PWF aprés TNT 2. (En montrant l'emplacement vide)

Plus loin, il y avait son bureau où se trouvait une tonne de paperasse. Il s'y asseoit et fit signe au journaliste d'en faire autant.

Samuel : Vous savez j'ai longtemps hésiter entre le catch et la boxe. Et vous savez pourquoi j'ai choisi le catch ?(il n'attendat même pas la réponse du journaliste) Parce que je croyais que c'était un sport basé sur le respect. Je me trompais completement, lorsque je vois des mecs comme Stifmeister ou Ivan Rouchkov, sont tellement irréspectueux envers moi qui ait 10 ans de plus qu'eux, c'est une honte ! Lorsque j'ai commencé le Street Fight, les deux étaient encore à l'école Primaire. Et je ne te parle pas du "vampire" Deacon, j'en ait déjà assez parler. Si il ya bien un mec qui m'impressione c'est Thunder Storm. Ce mec c'est l'honneur et le respect fait homme. J'ai regarder ces anciens match et je pense que c'est lui qui va redevenir Champion du Monde au detriment de Simmons et autres Rayer qui ne pense qu'à eux. Et je ne te parle pas de Chris Row qui a abandonner comme une "tapette" lors de son match face à "Monsieur Honneur" Thunder Storm. J'adorais faire un match par equipe avec toi. (Il fait une longue pause). Bon se sera tout pour aujourd'hui, je vais me coucher.

Tandis qu'il partais se coucher le journaliste prit des photos des lieux.

--------------------------------------------------

Durant la nuit, vers 5 heures du matin, l'avocat de Samuel est venu. Il lui dit :

"Le journaliste que tu as tabassé a decider de porter plainte contre toi. Le juge veut te voir tout à l'heure."

Samuel : Pourquoi il c'est retracter ?

Avocat : Un mec est venu le voir pour le convaincre et se n'est pas son avocat. Il s'agirait d'un hmme grand et musclé, avec un accent Russe, et d'aprés l'infirmiere il était jeune et elle juerais l'avoir déjà vu à la TV.

Samuel : Rouchkov !!!! Si c'est toi, tu es un homme mort.(il criait à la camera) Je vais te tuer Le Russe, si je fais de la prison à cause de toi, il t'arrivera des choses pas trés jolie.

Et il reparti se coucher.

Vers 15 heures, nous sommes partis au tribunal pour son pricés. Il parla directement :

"Se conn*** de journaliste savait ce qu'il l'attendait en rentrant dans ma loge.

Le journaliste blesser : NON !!!! Je n'était absolument pas au courrant, et vous m'avez brutalisé sans raisons !

Samuel : Et les 15000 $ ?

Journaliste : Quel 15000 $ ? Je n'en ait jamais sentendu parler !

Samuel d'un exces de colere agripa le col du journaliste, le fit décolé et lui envoya des droites. Les gardes de securités le maintenirent vec difficultés. Samuel frappait tout le monde en criant "Espece de Fils de p*te ! J'aurais ta peau toi et Le Russe !"

Juge : Mettez moi cet homme en prison pour la journée, et une amende de 50000 $ à payer au journaliste. Et nous en resteront là ! Vous avez de la chance.

Samuel fut menoté et mit en prison.

-------------------------------------------------------------

Le lendemain à sa sortie, j'ai essayé d'aller le voir mais il ne voulait plus me voir.

Samuel : Casse toi de là ! C'est à cause de gars comme toi que je me suis etrouvé en taule.(Il me poussa) Je n'ai qu'une chose à dire, Rouchkov t'es MORT !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Craig Simmons
PWF World Champion


Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 31/10/2006

MessageSujet: Re: Sections Promos PWF TV/24online.com   Jeu 20 Nov 2008 - 23:02

(La caméra ouvre sur une pièce aux allures étouffantes. Le plafond est constitué de béton et parfaitement plat, et de petits disques plats qui y sont insérés et y forme des creux permettent à une lumière tamisée d’être projetée sur le sol, une douzaine de pieds plus bas. Les rayons sont assez faibles, et les ombres se découpent indistinctement sur le plancher, mis à part au centre de la pièce, où une lampe de néon a été installée, retenue par ses fils, quatre pieds sous le plafond, et éclairement plus crûment le centre de la salle. Les murs sont entièrement vides et de la même couleur de béton pâle, avec des trous, où l’on peut remarquer d’immenses vis visant la solidification de la structure. La pièce, cependant, est d’une forme bizarre. Sur un mur assez long où l’on trouve une porte massive à deux battants faite en métal, fermée hermétiquement. Sur le mur perpendiculaire à celui de la porte, on remarque un immense écran, et un projecteur accroché au plafond par plusieurs ficelles. Dans un coin de la pièce, on voit des pieds de métal argenté avec une housse blanche. Les pieds et la grandeur laissent supposer un support à manteau, sinon à vêtements. Sur le mur avec le support de l’écran, apparaît une image de la grosse folle, vêtue d’un chandail trop court et élimé, dans une position cochonne avec le petit doigt sur le bord des lèvres, une jupe qui révèle de gros mollets, et un string rouge qui dépasse de celle-ci. Une proéminence dans le mur face à la porte révèle une pièce avec l’écriteau « Salle de changement ». La caméra pivote pour montrer une pièce en bois au milieu de la salle, laquelle a des allures de Pentagone. Autour de la table, un meuble rectangulaire et très large qui occupait le centre de la pièce, étaient réunis nos six protagonistes, tous centrés sur le plan horizontal de la pièce de mobilier, qui ne constituait, au fond, qu’en un simple agencement de pièces de contreplaqué aisément démontable, tout ne semblant y tenir que par un système d’écrous et de boulons. Au centre de cette table, éclairée par la lumière crue d’un tube phosphorescent non protégé, s’étalait une carte dont l’on pouvait comprendre qu’elle représentait la région. Un petit quartier résidentiel, où deux croix indiquaient deux propriétés voisines, celles de Rayer et de Simmons, et une large zone, tracée au crayon rouge, qui semble indiquer une zone de recherche, ou de combat. Les six individus autour de la table arborent d’ailleurs un air très sérieux. D’un côté, les membres de la famille Rayer, et de l’autre, les membre de la famille Simmons, se faisant face, les deux lutteurs l’un en face de l’autre, l’un portant une camisole noire et un pantalon de toile kaki, alors que l’allemand porte une vareuse militaire complète et retroussée au niveau des hanches, sa casquette d’officier jetant des ombres sur le plan, le garde du corps et Sarah s’opposant, le premier portant comme à son habitude une costume noire avec une chemise blanche et une cravate, rouge cette fois, et des verres fumés, et la seconde habillée d’un pantalon beige et d’un simple T-shirt noir, et idem pour Gabrielle et Hans-Jakob Junior, habillés dans un cas d’un uniforme ressemblant à celui de son père, mais en plus boueux, laissant croire qu’il a traversé son petit rituel d’entraînement il y a peu de temps, et dans l’autre cas d’un chandail rouge et d’un pantalon trois-quarts blancs. Le chef de la famille montréalaise a un crayon dans les mains, et trace de plus petites zones à l’intérieur de la partie déjà délimitée, alors que Rayer, lui, semble se concentrer sur un détail du plan. Les deux enfants, eux, sentent bien l’ambiance lourde de l’endroit, mais ne peuvent s’empêcher de rire en tentant d’imiter leurs parents. La femme et le gardien se jaugent du regard.)

Craig (concentré sur le plan) : Ton uniforme, c’était vraiment nécessaire?

Rayer (intrigué) : Est-ce qu’il y a quelque chose qui cloche? Je trouve que le costume est tout bonnement approprié et cadre avec l’esprit de la pièce. Si tu ne peux comprendre l’esprit de l’endroit…[

Craig (plantant ses yeux dans ceux de Rayer) : On a pas vraiment besoin d’un costume de camouflage des bérets rouges pour une opération comme ça, Rayer. Et parlant de l’esprit de l’endroit, tu trouves pas ça un peu fucké, toi, quelqu’un qui se fait bâtir un bunker dans son sous-sol?

Rayer (bête) : Je suis un pratique, moi. Je ne vis pas dans un monde idyllique où on ne risque jamais de se faire attaquer, qu’on gambade joyeusement dans la prairie avec les avocats et les enfants faméliques. La pensée vient par l’impression, et non par la concentration. Je me dois d’entrer dans le personnage de militaire. Ça fait des lustres que je n’ai pas planifié une opération de ce genre, et dans ce cas-ci on ne veut pas la blesser…

Craig (rasoir) : Ce serait déjà pratique si tu t’obstinais pas avec tout le monde et n’importe quoi. Ça évite que des enfants faméliques appellent leurs avocats de 7 pieds pour qu’ils viennent te retenir et que l’affamé t’éclate la fiole. Ça t’évitera d’avoir à te garrocher dans le jeu symbolique comme un enfant de quatre ans le ferait, et ça t’évitera aussi les fantastiques marques de jointures qui te décorent les côtes.

Rayer : Parle moi pas de ce genre d’enfants faméliques. Son père parle la bouche en cul de poule, ça sait pas de quoi ça parle et ça ne comprend rien à un contrat. Franchement, mes mots étaient clairs, c’est simplement que ses trois neurones ne sont pas capables de faire suffisamment de connexions pour comprendre ce dont je traite. Et, entre nous, tout ce qu’il a prouvé c’est qu’il est capable de me prendre par surprise, comme un traître, en m’envoyant quelqu’un de plus fort que lui s’en prendre à moi alors que je suis en plein combat. De quel genre de ruse il s’agit?

Craig (rieur) : À avoir su que c’était un mec comme ça qui s’occupait de lire et d’accorder les contrats, je me serais essayé moi aussi. Pourtant, me semble que ton affaires est pas dure à comprendre : entre un million et demi, 30% de la masse salariale ou le salaire le plus élevé, il doit te donner le plus haut des trois. Et comme le tiers de la masse salariale vaut un peu moins qu’un million, il doit te donner au moins le million et demi. Bon, tu mérites pas le salaire, mais Wild a sa signature en bas du putain de document, qu’il s’honore! Et quant à Dom, eh ben, je disais que je laissais une chance au coureur, et il a réussi à la gâcher en crisse. De un, il envoie quelqu’un d’autre te chercher au milieu de ton match, en prouvant qu’il a besoin de te prendre par surprise, et qu’il a besoin d’aide pour contrôler son roster. Ça donne une crisse de belle impression, ça, mon Dom, bravo! Il en profite aussi pour montrer qu’il est pas capable de passer par-dessus les idées de ses lutteurs, et au lieu de leur montrer qu’ils ont tort, il préfère encore cogner dessus avec un osti d’espoir niaiseux qu’au bout du quarante-cinquième coup de semelles métalliques sur la yeule, le mec change sincèrement d’idée.[/size]

Craig (un sourcil levé) : J’imagines que t’embarquerais dans un syndic des lutteurs, si elle était créée, non?

Rayer (le coin gauche des lèvres pincées, songeur) : Tout dépend de la structure, du meneur. Je ne peux ni affirmer, ni infirmer. Je ne veux pas trop me mêler au niveau de la populace, c’est certain, mais si on peut, à la fois, faire déplaisir à Wild et à Dom, pourquoi pas?

Craig (professionnel) : Super! Y a encore rien de structuré, mais je devrais arriver avec un quelque chose à la fin de la semaine. En un show, ils ont réussi à agresser un des contractuels, à briser de l’équipement personnel des employés, à contrevenir à leurs propres contrats, je pense que c’est assez pour que les autres veuillent bien embarquer.

Rayer : Mais je ne crois pas que ce soit particulièrement efficace. Tu as vu la réaction de l’autre ignare, dont le peu d’importance fait même que j’ai oublié son nom? Il vénère pratiquement le directeur, de sorte qu’il va probablement le ravir à l’amour de Chris Row… Et il y en a d’autres, dans le groupe. Ce ne sont que des moutons, ils suivent leur maître. Je persiste à croire que la seule possibilité est de le pousser en bas d’un ravin et d’espérer que les autres suivront. Ils ont trop peur d’avoir mal ou de perdre une partie de leur salaire de crève faim pour changer de bord.

Craig (après un moment de réflexion) : Ah, Thunder Storm, tu parles? Bah; j’imagine qu’il préfère parler, au lieu d’inspirer et de risquer d’avaler les deux kilos de merde avec lesquels il s’est beurré les gencives à force de licher le cul des deux autres. Lui, on peut l’oublier; de toute façon, on a pas besoin dans notre syndicat d’un osti de commentateur de salon; si j’en avais besoin d’un, j’irai chercher un gros boutonneux mal rasé de 22 ans dans le sous-sol de ses parents, pis au moins, la ligue aurait pas à le payer trop cher. Quant aux autres, eh ben, on verra; s’ils comprennent que Dom aura pas de problèmes à agir avec eux comme avec toi, ils comprendront peut être que le syndicat est pas une mauvaise idée.

Rayer (avec un rictus) : J’ai déjà constaté, à plusieurs reprises, qu’il n’est pas possible d’entrer une information quelconque dans leurs têtes d’eau. Je dois dire que…

Rayer s’interrompt car son, fils à côté de lui, le tire par la manche. Son père le regarde, le sourcil gauche froncé, et le fixe d’un air méprisant. Les narines écartées et saillantes, il lui adresse la parole.)[

Rayer (lassé) : Oui?

Hans-Jakob (gêné) : Est-ce qu’on pourrait parler de la chose pour laquelle on les a amenés ici? On a parlé de l’autre comme d’un commentateur de salon, mais vous laissez pas vos places en guise de papoteuses.[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Craig Simmons
PWF World Champion


Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 31/10/2006

MessageSujet: Re: Sections Promos PWF TV/24online.com   Jeu 20 Nov 2008 - 23:09

Craig (ricanant) : Merde, il s’en laisse plus imposer, ton flo!



Sarah (impatiente) : Y a quand même raison! J’ai autre chose à faire que de jouer à maudite potiche! On en vient, à la base, oui ou non?



Rayer (la regardant avec méchanceté) : Plutôt on pourrait essayer de comprendre par quelle erreur on s’est foutu à vouloir des mioches?



Sarah (un œil à moitié fermé) : Ou par quel hasard ton gros copain se promène constamment en boxers chez toi?



Rayer (avec un rictus plus fort que le précédent) : Depuis qu’il sait que tu le regarde! Il a le droit de dormir en « boxers », s’il le veut, et en l’appelant d’urgence, je ne m’attendais pas à ce qu’il prenne la peine de se vêtir d’un complet, c’eut été stupide. De toute manière, Simmons, comme je le connais, doit porter un vieux sous-vêtement léopard qu’il n’a pas enlevé depuis votre nuit de noces, alors tu vas pas t’étonner qu’un homme soit en sous-vêtements lorsqu’il se réveille! Ta fille, tu l’as conçue comment?



Craig (les sourcils levés) : Un string léopard, c’est quelque chose de récurrent chez toi, hein? Je suis pas du genre à porter une cochonnerie de même. Toi, par contre, tu m’as déjà prouvé le contraire. Et t’as beau te moquer de ma femme, je te ferais remarquer qu’elle a raison là-dessus. Deux hommes et un jeune garçon, c’est weird à voir aller dans une maison en tabarnak. Alors, tu la recentres sur le plan, ta concentration, grosse lavette?



Gabrielle (étonnée) : Il était vraiment en petites culottes?



(Hans-Jakob fils hoche sentencieusement la tête, alors que la fillette a une expression de dégout qui lui mange le visage.)



Rayer (la regardant du coin de l’œil, son regard dirigé sur Simmons) : Avec une attitude de même, tu vas licher du tapis toute ta vie. (Il se tourne vers Craig) De toute manière, je ne considère pas ma situation si suspicieuse, si on fait exception du fait que j’ai un bunker dans mon sous-sol et un champ d’entraînement dans ma cour. Ce module est de loin préférable à un parc d’attractions sur le thème de Peter Pan. De toute façon, ce n’est pas moi qui a détourné le sujet sur l’extérieur de la carte : c’est toi qui a critiqué mon costume. Si tu as la mémoire si courte, tu ne te le rappelles peut-être pas, mais tu es chez moi, et tu ne donneras pas d’ordre dans ma maison!



Craig (calme) : T’as aussi oublié ton donjon sexuel, deux corridors vers la gauche, et la série de livres particulièrement inquiétants dans ta bibliothèques. Mais tu as raison, mis à part ces détails si légers (les derniers mots dits de manière sarcastique par le géant roulant des yeux), on ne remarque rien. Et oui, ton costume valait la peine de détourner son attention du plan, mais certainement pas le fait de parler de Dom et de Storm, un sujet jamais passionnant et toujours hors de propos. Maintenant, tu fous la paix à ma fille, où je continue les procédures pour la prise en charge du tien par une famille d’accueil!



Rayer (le ton légèrement plus haut) : Le sarcasme et l’ironie ne te mèneront nulle part et ce n’est pas en insinuant des rumeurs, tous azimuts, que tu parviendras à modifier l’opinion publique. Il n’y a rien de plus infantilisant que la pornographie, mais tu ne le sais aussi bien que moi, puisque tu as pris des photos de ta fille pendant qu’elle prenait son bain, l’autre jour! De toute manière, tu n’es pas le premier à essayer de me l’enlever, et ça ne se produira jamais. Il a une langue de bois plus productive que n’importe quel politicien.



Craig (avec un sourire froid) : J’ai aucune crisse d’envie de savoir ce que tu sais que la langue de ton fils est capable de faire, Rayer! Et t’as beau bitcher sur mes manières de t’insulter, je te ferais remarquer que t’es pas mieux que moi la plupart du temps, grosse charogne! Mais tu sais sur quoi on est pas mieux l’un que l’autre?



Rayer (le ton revenu à la normale) : Quoi donc?



Craig (un peu plus de chaleur dans le sourire) : Nous somme de grands et malheureux égoistes!



Rayer (se donnant une claque sur le visage) : Mon dieu, c'est vrai, je ne l'avais jamais vu sous cet oeil. Nous devrions, comme lui, vivre au crochet d'une épouse qui gagne plus d'argent que nous afin de vivre nos passions et licher le cul du propriétaire de la ligue et du directeur du personnel en vue d'une augmentation salariale équivalente à la salive gaspillée aux environs de leurs rectums. Ça, c’est du grand altruisme. Si tout le monde vivait comme lui, il n’y aurait plus de maux dans le monde.



Craig (les ongles placées sur les joues, donnant l’impression de se griffer la peau) : Quels êtres vils et corrompus sommes-nous, nous qui si égoïstement avons arraché à force d’entraînements, de sacrifices et de victoires nos salaires actuels, qui nous permet de vivre une vie décente en tant que professionnels du divertissement, plutôt que de s’abaisser à se brunir les gencives dans l’anus patronal! Dire que nous pourrions mener une vie altruiste et sans péché, nous contentant d’utiliser les espoirs de jeunes garçons afin d’assouvir nos besoins d’autorité égaux à ceux d’un jeune de 16 ans en les brutalisant et en prétendant leur enseigner la lutte sans avoir seulement songé qu’il fallait avoir un statut légal particulier pour ouvrir une école de lutte! Ah, quel désastre que nos vies égoistes et réalistes, où nos actions ne sont centrées que sur notre famille! Nous devrions jeter notre argent dans les poches de Centraide, afin que notre famille se trouve dans la rue, mais que des centaines de familles de fonctionnaires de Centraide vivent plus grassement!



Sarah (exaspérée) : Heille, les tatas! Vous pourriez pas arrêter de niaiser un peu, saint-simonaque? Pis arrêtez donc de sacrer que deux grosses crisse de pétasses cokées sur de Maisonneuve, c’est trop vulgaire pour les petits!



Craig :…



Rayer (sans émotion) : Toi, l’éclopée, tu prends ton trou.



Craig : Heille, toi, la charogne nazie, tu ferme ta crisse de yeule!



(Hans-Jakob Rayer fils se lève, tranquillement et d’une manière qui se veut subtile, pour monter sur la table, en faisant grincer sa chaise. Il tombe, se servant de sa main droite pour se faire un trépied, et enchaîne les enjambées, en vue de prendre le plus de vitesse possible. Ses bras se font aller le long du corps pour accélérer et en poussant un cri, il se propulse en Gun Packet en direction de la tête de Craig Simmons. Ses genoux sont, au départ, pliés, et il les déplie progressivement en vue d’augmenter la force de son coup, de manière à arriver de manière transversale, ses yeux fixés sur la victime. Ce n’est qu’à la toute dernière seconde que Simmons, le sourire aux lèvres, lève les deux bras pour attraper les deux pieds du garçon qui s’arrête, net, en vol.)



Craig : …bon, anyways. On se revoit la semaine prochaine à huit heures, pour la traque. Tu m’enverras le plan d’opérations par la poste, j’ai plus le temps de m’obstiner avec toi, on verra sur le terrain.



(Délaissant les chevilles du jeune Hans-Jakob Rayer junior, retombé à plat sur la table dans l’intervalle, Craig se tourne vers Rayer, et fait un signe de tête vers le haut, les sourcils levés, avant de partir. Sarah fait de même avec le garde du corps, avant de s’éloigner de son mari. Gabrielle, quant à elle, avance jusqu’à Hans-Jakob, et, haussant des épaules, fait comme ses parents, avant de gambader vers son père en criant.)



Gabrielle : Papa, Hans-Jakob peut venir souper à la maison?



Rayer (se tournant vers elle, stoïque) : Non. (Regardant son garde du corps) Si jamais il tente d’y aller, fais en sorte qu’il n’y aille pas. Attache-le ou casse-lui les jambes si nécessaire.



Garde du corps : À qui?



Rayer (un sourire malicieux sur le visage) : Au choix.



(l’image coupe.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sam77
Hardcore Championship #1 Contender


Nombre de messages : 81
Date d'inscription : 22/10/2008

MessageSujet: Re: Sections Promos PWF TV/24online.com   Ven 21 Nov 2008 - 17:56

Un article du journal anglais The Sun fait actuellement le tour des sites de catch.

Samuel, la descente en enfer.

A peine sorti de prison, Samuel va déjà y retourné. En effet, 2 jours aprés sa sortie, il serait allé dans un bar avec deux ou trois copains. Ils auraient bus beaucoup et Samuel se serait battu avec un autre client. Il l'aurait tabasser, et casser le bras avec sa prise de soumission. Voyant la police arrivé, il se serait enfuit avce sa voiture et aurait fait une dixaine de depassement de vitesse sur l'autoroute. Mais étant completement "bourrer", il s'est écrasé contre un pilone. La police est rapidement arrivé et l'a arrêté avec force et difficulté. Ils l'ont emmener directement en prison, car étant toujours en conditionel jusqu'au dimanche 29 novembre à 15 heure. Soit 4 heure avant son prochain match de catch. Mais se qui n'a pas aider à le faire sortir, c'est bien cette double récidive, car en 2005 et 2006, il était déjà passer par la case prison. De plus on lui a retiré son permis de conduire. Samuel a parler depuis sa cellule et a dit : "C'est de la faute du Russe, c'est lui qui a convaincu le journaliste qu'il porte plainte, et donc ma conditionel et la prison ne se serait jamais passer. En tant normal, je n'aurais même pas eu d'amande. Maintenant j'ai une amande de 50000 $. Des que je sort de là ce sera mon match face à toi et je te le dis, je vais te detruire. Maintenant c'est personnel Rouchkov, et cela n'est pas bon pour toi ! " Alors divagation d'ivrogne ou Rouchkov a vraiment envoyer son prochain adversaire à TNT 2 en prison ? Nous ne le savons pas mais se que nous savons c'est que Samuel va se venger et sa sera une tuerie, un match sans pitié et surtout SANS DQ ! Ils vont se massacrer et le vainqueur ira en finale du tournoi hardcore pour ce titre. Donc rendez-vous dans une semaine car d'ici là nous n'aurons aucune nouvelle de Samuel. Reste à savoir comment Rouchkov va réagir maintenant. Pour le savoir aller sur PWF TV dans les prochains jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jason Wild
PWF President


Nombre de messages : 123
Age : 38
Date d'inscription : 21/09/2006

MessageSujet: Réflexion, réflexion...   Sam 22 Nov 2008 - 0:23

Le Président de la PWF, Jason Wild, est assit à son bureau et se pogne la tête à 2 mains. Devant lui, est assit un homme en habit veston-cravatte, c'est l'avocat de Mr. Wild, Maître Trudel.

Avocat Trudel: Bon écoute-moi bien. Je te résume la situation ok. Si Hans Jakob et Simmons partent un syndicat et dieu qu'ils sont prêts crois-moi, ça va te coûter pas mal plus cher que 400 000$ par année! Réfléchit.

Wild: Ouais mais ça reste que tu me l'a dit tout à l'heure. Ce contrat est plus ou moins clair alors il y a peut-être une chance qu'on puisse jouer sur les mots et remporter en court contre Rayer.

Avocat Trudel: Tu veux vraiment t'embarquer la dedans Jason? Je te le dit, Rayer est pas commode. Il peut très bien se défendre seul et nous planter tu le sais autant que moi.

Wild: Bordel. Merci pour ton optimisme. Bon, je vais penser à ça et je te reviens avec une réponse la semaine prochaine. Je vais faire les pour et les contre de cette histoire avec Rayer et je vais penser si vraiment ça vaut la peine que je me battre contre une bête comme lui ou bien que je lui donne son criss de 400 000! En plus Dom est partit en guerre avec et voilà que c'Est Simmons et la perfection incarnée qui se tourne contre moi.

Wild se pogne encore la tête.

Avocat Trudel: Tiens-moi au courant.

Wild: Ouais.

L'avocat quitte laissant Jason Wild décourager.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pwf2009.actifforum.com
Ivan Vladimir Rouchkov

avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: Sections Promos PWF TV/24online.com   Sam 22 Nov 2008 - 14:01

Ivan est dans sa loge, il n’est pas réapparu depuis sa dernière défaite, il lui a fallu le temps de digéré.

Ivan : Ce que je craignais est arrivé, cette absence de règle ma couter la victoire…

Il semble retenir sa colère.

Ivan : Cependant j’ai montré durant ce match l’étendu de mon talent en dominant les deux guignols qui me fessait fasse, la défaite n’enlève rien au fait que dimanche dernier, tous on vue que j’étais le meilleur.

Il souffle un coup, il semble plus serein.

Ivan : Je sui donc désormais dans la catégorie Hardcore, c’est officiel, et bien qu’elle meilleur moyen pour moi que de continuer mon perfectionnement, je suis jeune, les matchs Hardcore sont mon point faible, et bien qu’elle meilleur moyen de gommer se défaut que de devenir champion de cette division !!

Il ramasse alors une chaise !!

Ivan : Je n’aime pas utiliser d’objet, mes poings sont ma meilleure arme, cependant puisque c’est ce que le public veut voir, puisque c’est ce que la direction souhaite, et bien Ivan Vladimir Rouchkov va utiliser toute les technique du Hardcore, l’utilisation d’arme aussi si il y est contraint, mais c’est peu probable, mes deux poings suffirons largement a me faire gagner ce titre, que dis-je, MON titre !!

Il déplies la chaise et s’assoie dessus.

Ivan : Je vais vous dire, je n’ai même pas regardé qui est mon adversaire dans le tournoi, je ne sais pas qui y participe, ça ne m’intéresse pas.
J’ai eu des échos comme quoi Samuel m’accusé de l’avoir mis en prisons et qu’il allez me détruire pour se venger ou un truc du genre, je ne sais pas ce qui se passe dans la tête de cette ivrogne et si c’est lui mon adversaire mais comme je l’est dit je m’en moque, car a la fin, j’en serai le vainqueur, donc que mes adversaire se prépare à entré dans l’histoire, ils seront les premières victimes du premier run de champion de la future légende qu’est Ivan Vladimir Rouchkov, l’Ours de Russie !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris "Suicide X&am
PWF Hardcore Champion
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 23/11/2008

MessageSujet: Re: Sections Promos PWF TV/24online.com   Dim 23 Nov 2008 - 13:56

L'image de PWF TV se brouille brusquement. Tout devient noir. Puis une video apparue :



L'ecran redevint noir et une inscription apparu : "Suicide is coming next....."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
the_stifmeister

avatar

Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Sections Promos PWF TV/24online.com   Mar 25 Nov 2008 - 20:06

The Stifmeister est bien tranquille dans son salon, accompagné de nouvelles jolies jeunes femmes qui s'embrassent entre elle, Stifmeister semble agréablement surpris, son sourire montre à quel point il aime ce qu'il voit!

.:Stifmeister:.
Wow! Mesdames, ça c'est tout un baisé!

Puis elles l'embrassent tendrement l'une après l'autre!

.:Stifmeister:.
Pourriez-vous faire quelque chose pour moi? Allez dans ma chambre, deux costumes vous attendent... Ça a un lien avec mon premier combat à la PWF!

.:Les deux femmes:.
D'accord!

Pendant, qu'elles partent se changer, Stifmeister se lève de sa place et monte l'escalier qui mène à sa chambre.

.:Stifmeister:.
Qui n'aime pas les écolières en mini-jupes? Ces deux femmes là sont sexy et vont réaliser un de mes fantasme d'adolescent!

Elles sortent de la chambre et Stifmeister sourit...

.:Stifmeister:.
Empty School Brawl, hein? Je vais vous apprendre quelques leçons ce soir les filles, j'espère que vous avez fait vos devoirs!

Elles entrent dans la chambre...

.:Stifmeister:.
L'homme que vous regardez présentement est non seulement celui qui a le plus de succès avec les femmes, mais aussi votre prochain champion Hardcore! Maintenant, veuillez m'excuser je suis quelque peu occupé!

Il entre à son tour dans la chambre et referme la porte derrière lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Black Storm

avatar

Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 29/10/2008

MessageSujet: Re: Sections Promos PWF TV/24online.com   Mer 26 Nov 2008 - 19:46

Un grand étendu de neige nous est montré. La réflexion de la lumière sur la neige aveugle quelque peu la caméra qui pivote de 180 degrés sur elle-même, nous montrant maintenant James Steen, marchant dans un petit sentier paisiblement. La neige n''est pas très abondante car nous voyons encore le gazon et le sol mal garni. Le voilà qui continue sa marche jusqu'à entrer dans un petit boisé, là ou il s'arrête sec, regarde autour de lui quelques instants et finalement se tourne vers la caméra en prenant une bonne bouffée d'air pur.

Steen: Ahhhh comme c'est bon de respirer cet air qui n'est pas pollué comme l'air d'une certaine fédération que je connais, la PWF! Ce n'est pas encore généralisé au moins, c'est toujours ça mais laissons-nous comme dit que cette fédération contient dans ses rangs d'imprévisibles personnages, pas toujours capable de faire la distinction réelle entre réalité et fiction. On se croierait dans un roman de science-fiction justement, ou tout le monde capotent pour un rien et de tragiques drames surviennent aussi. Certain de cette fédération, croit que malgré leur absence, ils arriveront à ce show du prochain TNT et domineront comme d'habitude ou comme avant pourrais-je dire pour certain.

James prend une légère pause.

Steen: Non mais c'est vrai, ce dimanche même, je devrai affronter deux gars qui se prennent pour d'autres et qu'on ne voit que très rarement sur les ondes de PWF TV en dehors des heures de grandes écoutes. C'est quoi? Qu'est-ce qu'ils ont a prouver? Tout. Qu'est-ce qu'ils ont accomplis à date à la PWF? Absolument rien alors ne venez surtout pas me dire à moi que je perdrai ce combat ce dimanche à TNT. En plus, en ayant comme partenaire, Mr.Honneur lui-même, Thunder Storm? Come on, je suis peut-être un peu trop confiant parfois, mais je suis capable d'être réaliste et savoir que je donnerai une prestance sûre et un dévouement pour ce sport toujours présent. J'ai suivit ce que Thunder a accomplit dans sa carrière et croyez-moi, c'est impressionnant. Au dernier TNT, Thunder Storm a vite reprit connaissance avec la réalité lui et demeure toujours le même, fier à lui-même. Il a reprit ses esprits et après une longue absence et le meilleur reste à venir. Pendant ce combat peut-être, qui sait? On peut dire que je complèterai parfaitement ce duo et que de toute fâçon, qui ne complèterais pas bien un gars comme Thunder Storm? Faut être pourrit pour ne pas se donner à fond quand on a un lutteur de prestige comme Thunder dans son coin. Lui, il donne tout quand il vient sur le ring, il fait tout, sacrifie tout and that's it. Juste pour ça, vous devriez tous en avoir peur et je suis bien content d'être avec lui plutôt que contre lui. Chris Row, Damien Stivers, je n'attend plus rien de votre part, à part peut-être que vous vous présentiez au show de dimanche, TNT, ou nous vous démontreront, moi et Thunder, que vous n'en valez pas vraiment la peine. J'ai des choses plus importantes à m'occuper que deux gars qui s'occupent même pas de leur buiseness, de leur vie, de leur travail, de leur passion, si passion est encore présente bien sûr. On se voit dans le ring mes deux petits fantômes préférés et attendez vous à une volée en règle.

Storm ramasse un bout de branche par terre et se met à l'éplucher tout en recommençant à marcher.

James: Je voulais également dire au GM Dom qu'il avait fait une excellente carte pour le prochain TNT et que je trouves qu'il fait un méchant bon job depuis qu'il est GM. Il s'attaque à Rayer, signe un 10 minutes d'avertissement entre lui et Rayer au prochain TNT et sort une carte de cet impact. Il est sûr de lui, il semble savoir ou il se dirige et je continue de me sentir en confiance en voyant Dom diriger cette fédération. Je m'en fou que Rayer me traite de moumoune, de licheux or whatever, ça me fait pas un pli, comme tout ce qu'il dit d'ailleurs alors Hans-Jakob, si tu as un problème avec moi, avec ce que je penses ou ce que je dis, tout ce que je te répond c'est que tu n'as qu'à tenter d'y changer quoi que ce soit. Ca me dérange pas moi que tu parles pendant deux heures, que des grosses truies se tiennent toujours près de toi ou que tu soit le lutteur le mieux payé avec 1,1 ou 1,5 millions qu'est ce que ça peut bien changer hein? Je suis bien certain que notre GM trouvera un moyen de te fermer la trappe à ce sujet, même si c'est pour te le donner ton criss de 400 000$ de plus par année. Au moins, tu vas peut-être te l'a fermé et passer aux choses sérieuses plutôt que de chercher des crottes ou des problèmes là ou il n'y en a vraisemblablement pas. Décroche le petit. Tu as manger une volée au dernier show par Dom qui t'a prit par surprise et ta fâçon de répliquer est: Je vais te poursuivre, tu vas me le donner mon 1,5 millions ok. Ben voyons dont, on es-tu à la maternelle ici ou bien? Tu as fait partit de l'ALNF assez longtemps pour que ton cerveau soit ramolit par le temps faut croire car tes moyens de défense étaient beaucoup plus efficace là bas. C'est vrai qu'ici, personne n'arrive à la cheville du grand Rayer, cette légende du catch ey bien moi j'en ai marre. Les supposés légendes comme toi, Bomb, Stivers ou même Simmons vous croyez au dessus de tout. Oui vous êtes sûrement au dessus de tous par votre expérience mais ne pensez pas que quelqu'un ne peut assez évolué afin de pouvoir vous battre un jour. Si vous aimez aprler en cul de poule, en frais-chier et que c'est votre manière normale de vous prendre pour d'autres, vous repasserez car avec moi, c'est loin de m'impressionner. Un jour, j'aimerais bien vous affronter, vous, Rayer de ce monde, afin que les légendes que vous êtes, passiez la torche, le flambeau, l'espoir de croire qu'on peut être plus dominant que vous. Pour l'instant, je n'ai pas grand chose à m'occuper à la PWF et la SOW? J'y met plus ou moins les pieds par manque de temps mais quand je me sentirai prêt, je foncerai tête première, les yeux et les bras devant, saluant votre corps couché au sol, après que je vous ailles rentrer dedans. C'est assez clair j'espère? De toute manière...en temps et lieux... YOU WILL ALL SEE!!!

Steen lance la branche au sol alors qu'il disparaît rapidement dans le boiser en tournant un croche.

FIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris "Suicide X&am
PWF Hardcore Champion
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 23/11/2008

MessageSujet: Re: Sections Promos PWF TV/24online.com   Jeu 27 Nov 2008 - 13:59

L'écran de PWF TV se brouille et une video apparut.



Enchaîner directement par des extraits de promos de Ivan Vladimir Rouchkov.



Suivi des extraits de promos de Rayer.



On voit The Stifmeister dans ses concours de buveurs.



Apparait des images de Jaxon" Kotetsu" Deacon



Videos de The Dom, le GM de la PWF.

Sur l'ecran apparait une phrase.

But What do you think about nucleair ?



It's very good ! No ?
The Suicide X is coming next, JUST BE TERRIFIED !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayer
PWF World Champion


Nombre de messages : 35
Age : 29
Localisation : Ottawa
Date d'inscription : 04/11/2006

MessageSujet: Queen Kong (partie 1)(Rayer et Simmons)   Sam 29 Nov 2008 - 3:05

(Rayer avance dans la forêt, vêtu à la mode indienne des années trente. De fait, il porte sur sa tête un chapeau à coupole de couleur beige, avec un bouton sur le sommet et une palette large, légèrement descendante, avec deux petits crochets pour une moustiquaire individuelle, en plus d’un petit ruban brun terre qui marque la délimitation entre les deux composantes principales du couvre-chef. Son vêtement est sensiblement dans le même style. Il porte une veste à manches longues, en feutre de couleur beige, avec une poche sur le côté gauche, ornée d’un bouton en or, et une série de boutons de la même couleur au centre de l’habit. Les manches présentent la même décoration. Les coutures sont étirées par les larges épaules du lutteur, qui utilise une machette pour couper, en d’amples mouvements descendants, les fougères qui semblent jaillir devant lui, comme si elles poussaient progressivement pour lui bloquer le passage. Son visage ne trahit aucune émotion, et il semble entièrement absorbé par sa tâche arboricole. Son pantalon est également de feutre et est très ample au niveau des cuisses, comme les pantalons d’équitation des mêmes années, et se perd dans ses bottes noires cirées qui lui montent aux genoux. Une ceinture brun pâle retient la pièce d’habillement, et les bandoulières en croix, sur sa poitrine, soutiennent un sac à dos imposant, de la même couleur que la ceinture et le ruban du chapeau, dont les trous permettent une aération adéquate du cheveu. Plus qu’une moustache et un mousquet, et il serait du panorama du Livre de la jungle de Kipling. Arrivant quelques secondes seulement après lui, Simmons écarte une branche de son bas-ventre, s’évitant ainsi de la recevoir en des endroits désagréables. Son visage, dont l’expression semble partagée entre une scrutation fort persévérante et une exaspération face aux habits de son prédécesseur, tourne à gauche et à droite, ses yeux cherchant même au sommet des arbres l’objet de leur quête d’aujourd’hui. Les poils font de petites pointes sur sa figure, il ne s’est visiblement pas rasé depuis la veille. Il ne porte pas un uniforme comme son prédécesseur, mais une camisole blanche qui laisse voir au spectateur des trapèzes noueux, en suite avec le reste de la partie supérieure du tronc et des bras. Le tout, fort simple, est complété par une paire de jeans dont le bas est boueux, tout aussi boueux que les grosses bottes de randonnée qu’il porte. Il garde la branche pour les suivants, et la caméra peut capter une image rapide de son sac à dos, d’où pend un fouillis indescriptible. Vêtements de rechange, sac de couchage, gamelle, longue-vue, et deux pièges à renard, ainsi qu’une épaisse corde de nylon. Malgré son air négligé, la démarche qu’il reprend par la suite évoque nettement une attitude militaire, alors qu’il fait une moue avec sa lèvre supérieure, regardant autour de lui. Les enfants, à la suite de Simmons, montrent des genres vestimentaires extrêmement divergents. De fait, Hans-Jakob Rayer fils, marchant devant la jeune fille, montre une allure particulièrement grossière et barbare. Ses cheveux sont tapissés de branchages, visant à se camoufler, et ses joues sont teintes de boue, de manière à mieux se dissimuler dans le paysage. Ses vêtements s’apparentent à ceux d’un explorateur expérimenté : un vêtement de camouflage de couleur vert forêt, semblable à ceux de l’armée canadienne, mais déchiré au niveau des manches de manière à pouvoir passer ses bras avec plus de facilité. Les poches sont entièrement remplies d’on ne sait trop quoi, et ses flancs présentent, accrochés à une ceinture, un fusil paralysant, des couteaux de différentes tailles dans des étuis, une petite machette, décalque exact de celle de son père, et des tubes que l’on peut supposer être remplis de gaz lacrymogènes. Ses bottes sont massives et écrasent, sur le sol, les quelques brins d’herbe que l’on aurait espéré y trouver. À sa suite, la fille de Simmons, Gabrielle, porte une robe de couleur jaune, avec de nombreuses fleurs de couleur bleue, plus foncées sur les bords et plus pâles vers le centre de la fleur, qui se fond avec la couleur de la robe, un peu comme des capucines. Le vêtement est léger, probablement en lin, et cache une partie de la gorge, de petites manches montgolfières recouvrant ses épaules. Sur sa tête, elle porte un petit chapeau de paille, rond et sans bordure, avec des motifs fleuris sur le dessus, d’une couleur jaune s’apparentant à celle de la robe. Elle trimbale avec elle, gambadant joyeusement dans cette diligence, un panier qui semble quelque peu lourd pour elle, puisqu’elle tend à tanguer de son côté droit. Ses petits souliers, puisqu’elle est la seule à ne pas porter de bottes ou de bottillons, sont recouverts de boue, tout comme ses bas blancs, mais elle ne semble en aucun cas s’en soucier, puisqu’elle avance avec vitesse, hâte et grâce, semblant s’amuser de cette situation qui, pour les autres, paraît critique. Tandis qu’elle avance, elle tient une branche, de manière à ce qu’elle ne l’accroche pas pendant qu’elle avance. La branche glisse finalement des mains de la petite, et les bruits de pas que l’on entendaient derrière elle cessent avec un bruit d’impact et un « Oh! » sonore; deux secondes plus tard, le garde du corps écarte la branche, se tenant le lunch d’une main, son crâne chauve rouge et son visage tordu dans un rictus de douleur. Il doit même lâcher une mitraillette qu’il tenait dans ses mains; en tombant, l’objet bleu émet un son de claquement faut, digne d’une arme jouet (ce qu’elle est, en fait). Sa démarche chancelante semble faire bien rigoler la petite, qui n’a pas compris qu’elle est la responsable de ses malheurs. Le garde du corps continue d’avancer malgré la douleur, traînant sa vareuse militaire complète avec lui, sa face verte reprenant les couleurs normales de son maquillage de camouflage.
Le garde du corps semble finalement s’être remis de ses aventures. Il rejoint les autres, qui ne lui ont porté aucune attention, et ils continuent leurs marches, leur progression tracée par leurs pas. Ils s’arrêtent. Un mouvement rapide, dans un bosquet. Alors qu’Hans-Jakob père lève sa machette, Hans-Jakob fils tire une bonbonne de lacrymogènes de sa ceinture, et Simmons retire la corde de son sac. Prudemment, les trois hommes d’avancent. Avancent encore, ne bougent plus. Le mouvement a cessé. Rayer fait un signe à son garde du corps. Lentement, celui-ci s’avance vers le buisson. Lentement. Pointant sa mitraillette-jouet dessus, il fonce dans le fourré. Hurlant, le garde du corps ressort du fourré avec un raton laveur émettant des cris stridents accroché à la figure. Le mammifère hurle à la mort, presque autant que le garde du corps, qui semble s’étrangler avec les poils ventraux de la bête qui lui griffe le visage. Traversant le chemin à reculons devant Rayer, il trébuche, l’animal toujours collé au crâne, et tombe dans un fossé.)

Rayer (légèrement surpris, il lève le sourcil gauche en regardant son garde du corps partir dans la forêt, après s’être arrêté pour regarder la scène) : Bon… Je ne sais pas si c’en est fini de lui. De toute manière, je ne l’aimais pas beaucoup. Un peu trop maniéré, et pas assez masculin. Un homme qui sait tricoter n’est, par définition, pas un vrai homme. Mais en attendant de savoir s’il disparaît ou non, je propose qu’on s’arrête ici, et qu’on dîne en posant le panier sur la grosse roche, là-bas (il pointe en direction d’une structure géologique proéminente). Cela va nous permettre de statuer un peu, et de reprendre des forces. La végétation devient plus dense, on doit commencer à se rapprocher du cœur.

Craig (surpris) : Ça sait tricoter, cette chose-là?...enfin. Je vote pour la proposition. Les enfants ont l’air crevé, ce serait une bine de les laisser reprendre des forces.


(Gabrielle pose donc son panier sur le sol, à côté du rocher, et en sort une nappe, carrelée rouge et blanc, avec des zones de rouge moins prononcé au lieu des intersections. Elle l’étend, puis comment à sortir des assiettes en carton biodégradables du même panier, en plus des denrées. Une fois que toutes celles-ci sont sur la table, soit du pain, des viandes froides, des crudités, de la moutarde, une boîte de caviar, des craquelins, du fromage et divers autres éléments, elle en sort une petite radio portative, de couleur rose, qu’elle pose sur le côté. Elle semble marche à batteries, puisqu’elle l’allume et elle permet de laisser entendre la trame sonore du roi lion. Rayer sourit, mais son fils roule des yeux exaspérés, comme si le parcours du combattant, s’il lui permettant d’attaquer cette forêt avec défi, pouvait difficilement lui faire apprécier les films pour enfant. La jeune fille laisse le panier sur le bord de la forêt, le ballant de fermeture toujours ouvert.)

Craig (regardant autour de lui) : Tu sais, Rayer, je crois que ma petite a raison. On devrait arrêter de s’exciter le poil des jambes, un peu, et profiter de l’endroit. Tu dois quand même l’avouer, c’est plus relaxant que de passer de quatre à cinq heures par jour à s’entraîner et à prendre des anti-inflammatoires pour continuer et se mettre devant la télé pour un condensé des moments forts de Steen, pour peu est que ça existe.


Rayer (le regard suspicieux) : Tu as besoin d’anti-inflammatoires? J’espères que tu ne te les prescrits pas toi-même, sinon tu vas avoir des problèmes. De toute manière, je profite déjà de l’endroit, puisque la musique qui joue (il prend une tranche de pain, avec laquelle il pointe la radio portable) a été composée par un allemand, Hans Zimmer. Mais je dois avouer que cette reprise d’un déjeuner sur l’herbe est beaucoup plus relaxante que l’entraînement habituel, sinon la vision de Steen. Ce dernier n’a, tout simplement rien à dire il croit que je ne fais qu’embêter le directorat pour obtenir plus d’argent. Si on regarde mon domaine quelques instants, on peut aisément se rendre compte que ce n’est pas le cas. En fait, il tente de faire exactement ce que j’ai fait en arrivant à l’ALNF : s’opposer aux meilleurs. Je devrais être flatté, mais lui n’a pas raison de s’opposer à moi, puisque je ne ferai que l’écraser, ce que ne m’arrivait pas auparavant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.editionsavant-garde.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sections Promos PWF TV/24online.com   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sections Promos PWF TV/24online.com
Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Remaniement des sections des équipes de la NHL
» Liens utiles toutes sections confondues
» Creation d'une base de donnees sur le dernier recensement
» Promos d'été chez Legio Heroica
» Les promos de Ludikbazar !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Phenomenal Wrestling Federation :: PWF TV/24online.com-
Sauter vers: